Asie

Dalaï-lama: Obama résiste à Pékin

Le président rencontre une nouvelle fois le leader spirituel tibétain à la Maison-Blanche. Il est le dernier à oser le faire

En accueillant mercredi à la Maison-Blanche le dalaï-lama, Barack Obama a perpétué une tradition qui transcende les administrations, qu’elles soient démocrates ou républicaines. Les Etats-Unis bien qu’ils reconnaissent la politique d’une seule Chine selon laquelle la capitale du Tibet est Pékin n’en défendent pas moins la nécessité de conserver des liens avec le chef spirituel tibétain. Ils sont les derniers.

Le gouvernement chinois a protesté contre cette visite, qualifiant le dalaï-lama de «séparatiste» alors que ce dernier défend depuis trente ans l’autonomie du Tibet et non plus l’indépendance. Ces dernières années, plus aucun chef de gouvernement ou d’Etat au monde n’ose défier Pékin en rencontrant le chef spirituel des Tibétains. La menace des sanctions est trop forte depuis que la Chine est la deuxième puissance économique mondiale. 

«Signal positif» 

David Cameron est l’un des derniers à en avoir fait l’expérience. Après une rencontre avec le dalaï-lama en 2012, sa visite à Pékin avait été annulée. L’an dernier, le premier ministre britannique a refusé de rencontrer le leader bouddhiste. Au printemps, ce dernier a tout simplement annulé un déplacement prévu en Angleterre.

Dans ce bras de fer pour isoler le responsable tibétain réfugié en Inde depuis 1959, les Etats-Unis sont les derniers à résister à la Chine. «C’est une bonne nouvelle qu’Obama rencontre le dalaï-lama, c’est signal positif. Ces dernières années, le climat politique a complètement changé. Tout le monde à peur de la Chine», explique Migmar Dolmar, étudiante à Genève et membre de l’Association de la jeunesse tibétaine en Europe.

Le dalaï-lama en Suisse 

Les Etats-Unis avaient fait le forcing en mars dernier pour que le dalaï-lama puisse intervenir à Genève dans le cadre d’un événement auquel était associée l’ONU. L’épisode avait provoqué la colère de Pékin, ses représentants faisant pression sur la Suisse et l’ensemble du corps diplomatiques pour annuler l’événement.

Le dalaï-lama reviendra en octobre en Suisse. Aucune rencontre n’est prévue avec un représentant des autorités suisses qui se réfugient derrière la politique de la Chine unique pour éviter toute question. Le président de la Confédération Johann Schneider-Ammann, dont la récente visite d’Etat en Chine a été menacée par la venue du leader spirituel en Suisse quelques jours plus tôt, ignore – ou feint d’ignorer – les pressions chinoises lorsqu’on l’interroge à ce propos.

Pression sur les Taïwanais

Dans leur dernier rapport, les services de renseignements suisses pointaient du doigt les risques d’une trop forte dépendance envers Pékin. Les pressions chinoises s’exercent de plus en plus au sein des organisations internationales à Genève. Récemment, un groupe d’étudiants taïwanais s’est vu refuser l’accès à l’Organisation internationale du travail en raison de leurs passeports qui ne sont plus reconnus.

Publicité