Sous étiquette Les Républicains après avoir été longtemps un centriste, Damien Abad (47 ans) est le président du conseil départemental de l'Ain. Il est aussi le porte-parole de François Fillon. A la veille du rassemblement de soutien à celui qui est encore le candidat de la droite pour le scrutin présidentiel, il répond aux questions du Temps.

Le Temps: Pourquoi ce rassemblement dimanche qui apparaît aux yeux de beaucoup comme une mobilisation d'une France catholique très ancrée à droite représentée par la Manif pour tous?

Damien Abad: J'entends certains dire que la Manif pour tous serait à l'origine de ce rendez-vous au Trocadéro. C'est faux. C'est l'équipe de campagne de François Fillon qui en a pris l'initiative. Vient qui veut et les gens de la Manif pour tous qui se sont mobilisés pour défendre la famille française et s'opposer à la loi ouvrant le mariage aux personnes de même sexe sont bien entendu les bienvenus. La manifestation de dimanche va rappeler que François Fillon a emporté les Primaires de la droite et du centre grâce à une fantastique mobilisation des électeurs et près de 3 millions de suffrages en sa faveur. Il possède une légitimité incontestable et voilà ce que l'on doit rappeler aux Français.

– Une légitimité au contraire très contestée après le Pénélopegate, pour preuve les défections sont nombreuses dans votre propre camp. Bruno le Maire que vous avez soutenu au premier tour des Primaires a claqué la porte.

– Je peux comprendre la démarche de Bruno Le Maire mais je ne la partage pas. Ce type d'initiative individuelle ne nous sortira pas de la crise politique. Il faut au contraire se rassembler autour de notre candidat qui a un vrai programme pour relever la France. Il faut enfin parler de ce programme et tirer un trait définitif sur l'échec du quinquennat de François Hollande. François Fillon représente la seule alternance. Macron est un Hollande relooké et Marine Le Pen entraînera le pays sur le chemin de la régression et l'isolera.

– Pas de plan B donc en vue malgré les soucis judiciaires de François Fillon et une éventuelle mise en examen?

– Notre base électorale reste énorme malgré les vicissitudes. L'autre soir à Nîmes 3000 personnes sont venues écouter et applaudir François Fillon dans une grande ferveur. Il possède la stature d'un chef d'Etat. On parle d'Alain Juppé mais il est hésitant et minoritaire et les défections, à mes yeux, sont davantage un moyen de pression sur lui pour qu'il se positionne qu'un lâchage de François Fillon. Nous devons pouvoir porter les convictions de François Fillon jusqu'au bout. Nous ne devons pas être des girouettes qui, aux premières bourrasques, quittent le navire.