redevance

Au Danemark, l'audiovisuel public forcé de réduire son budget de 20%

En 2021, le groupe DR n'exploitera plus que trois chaînes de télévision, contre six aujourd'hui et cinq stations de radio, contre huit actuellement. Environ 400 personnes vont être licenciées

L'audiovisuel public danois DR a annoncé mardi la fermeture de trois chaînes de télévision et trois stations de radio. Il avait été sommé par le gouvernement de droite et la formation populiste DF de se recentrer sur les contenus nationaux.

«Une décision politique a été prise pour réduire le budget de DR de 20%. C'est difficile, mais nous avons pris les choses en main», a annoncé la directrice-générale du groupe Maria Rørbye Rønn, citée dans un communiqué.

Les économies touchent le sport, le divertissement, le bien-être et la fiction étrangère tandis que la couverture régionale, les séries nationales, les programmes pour enfants, les documentaires et la musique sont épargnés.

Près de 400 personnes seront licenciées

En 2020, DR n'exploitera plus que trois chaînes, contre six aujourd'hui. Deux autres chaînes seront toujours disponibles en ligne. Du côté de la radio, le nombre de stations doit passer de huit à cinq. Une fois les restructurations établies, en 2021, DR a estimé pouvoir réaliser quelque 420 millions de couronnes d'économies annuelles (56,3 millions d'euros). Entre 375 et 400 personnes vont être licenciées.

Promettant de donner la priorité «à la qualité face au volume», Maria Rørbye Rønn a reconnu que les programmes du groupe n'auraient plus le même rayonnement.

Lire aussi: En Europe et au-delà, des radios-TV publiques en crise

«Les programmes touchent aujourd'hui 94% de la population en une semaine», a-t-elle dit lors d'une conférence de presse. «Il nous sera impossible de maintenir ce chiffre car il y aura beaucoup moins d'offres», a-t-elle regretté.

La redevance sera supprimée en 2022

Conclu en juin, le plan sur l'audiovisuel prévoit également d'ici 2022 la suppression de la redevance audiovisuelle. Dès cette date, le financement du service public sera intégré au budget de l'Etat, et donc débattu chaque année.

La chaîne TV2, dépendante elle aussi des financements publics, n'est pas soumise à une mission de service public.

Notre dossier consacré à la votation sur l'initiative «No Billag»

Publicité