Entre Marine Le Pen qui s’allouait «une éclatante victoire» avec ses 41,5% et Jean-Luc Mélenchon qui lançait qu’Emmanuel Macron surnage «dans un océan d’abstention» en étant «le plus mal élu des présidents de la Ve République» (ce qui est faux), l’ambiance de la soirée électorale de dimanche n’était pas aux aveux de défaite et aux félicitations pour le président réélu. Ni état de grâce, ni lune de miel. La tradition veut pourtant que «le sort des urnes», que Marine Le Pen dit pourtant respecter, soit dans un premier temps reconnu, qu’un hommage soit présenté au président élu, avant de se lancer dans la remobilisation en vue des législatives. Des élections somme toute secondaires par rapport à la présidentielle dans le système français.