«Une décision historique rendue nécessaire par une situation historique», voilà comment la cheffe du gouvernement social-démocrate, Mette Frederiksen, a qualifié le résultat du référendum de mercredi. Son Etat a beau être l’un des membres les plus eurosceptiques de l’UE, l’invasion russe de l’Ukraine a changé la donne. Voici que mercredi – par 67,4% de oui contre 32,6% de non selon les sondages à la sortie des urnes tombés en début de soirée – les Danois ont accepté de lever la dérogation à la politique de sécurité et de défense commune. Elle avait été accordée au royaume scandinave par ses partenaires européens en 1992. «Face à une Russie agressive nous devons tous nous serrer les coudes. Au sein de l’OTAN, mais aussi de l’UE», a-t-elle martelé, plaidant vigoureusement pour «une coopération de défense européenne forte à laquelle, dans un monde peu sûr, nous devons participer pleinement».