Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Du côté de la Datcha, maison de campagne à la russe.
© Olga Yurkina

Tradition

A la datcha, un repos laborieux

La maison de campagne à la russe ce n'est pas toujours de la détente. A vos pelles et tondeuses...

On les appelle «les six cents»: 600 m2 que les employés soviétiques modèles recevaient en cadeau de leur entreprise au service de l’Etat. Une récompense pour s’assurer qu’ils puissent se ravitailler eux-mêmes en cas de famine. D’où la densité de ces petites parcelles, un patchwork de potagers, d’arbres fruitiers et de fleurs qui laissent libre un étroit chemin en dalles pour arriver aux toilettes à l’autre bout du terrain.

Lire aussi: Togliatti, la capitale russe de l’automobile

Certaines datchas se sont agrandies depuis, se sont transformées en coquets cottages ou en véritables châteaux. Mais le concept n’a pas changé. Aller à la datcha, le week-end, c’est affronter les embouteillages du vendredi soir à la sortie de la ville pour y arriver et du dimanche soir pour rentrer, et ce n’est pas de tout repos sur place.

On y va surtout pour labourer le jardin et retaper la maisonnette qui a toujours besoin de bricoles. Bref, c’est une journée de travail agricole ou menuisier à part entière. Et quand enfin on a tout remis en ordre – arraché les mauvaises herbes, réparé la chaudière, tondu la pelouse, récolté des framboises et des groseilles, cuit de la confiture, repeint la barrière, semé une plate-bande, construit un banc ou une table etc. –, quand enfin tout est fini, on peut se permettre un bon repas, généralement des brochettes de viande marinée, un soir d’été languissant, et on se délecte de ce moment bien mérité… en réfléchissant à ce qu’on pourra faire le week-end suivant. Parce que la datcha, c’est fait pour y revenir.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo monde

La Corée du Nord organise le plus grand show du monde. Mais pourquoi?

Cela faisait 5 ans que le pays adepte des grandes démonstrations de force n'avait plus organisé ses «jeux de masse», où gymnastes et militaires se succèdent pour créer des tableaux vivants devant plus de 150 000 spectacteurs. Pourquoi ce retour?

La Corée du Nord organise le plus grand show du monde. Mais pourquoi?

n/a