Juin 1979: arrestation de Cesare Battisti à Milan dans l’enquête sur le meurtre d’un bijoutier, le 16 février 1979 à Milan.

Mai 1981: condamné à douze ans et dix mois de prison pour «participation à bande armée» et «recel d’armes».

Octobre 1981: Battisti s’évade de la prison de Frosinone, près de Rome, et gagne la France.

1982: départ pour le Mexique.

1985: le président François Mitterrand s’engage à ne pas extrader les anciens activistes d’extrême gauche italiens qui ont rompu avec leur passé.

1990: Battisti revient en France, où il entame une carrière d’auteur de romans noirs.

21 mai 1991: la cour d’appel de Paris rejette une demande italienne d’extradition.

31 mars 1993: la cour d’assises de Milan condamne Battisti à la réclusion à perpétuité pour quatre «homicides aggravés» remontant à 1978-79: celui d’un gardien de prison en juin 1978 à Udine, celui d’un agent de police en avril 1979 à Milan, celui d’un militant néo-fasciste le 16 février 1979 à Mestre (nord-est) et pour complicité dans l’assassinat, le même jour, à Milan, du bijoutier.

25 août 2002: première extradition d’un ancien membre des Brigades rouges, Paolo Persichetti.

20 décembre 2002: nouvelle demande italienne d’extradition de Battisti, reformulée sur la base de la condamnation définitive.

10 février 2004: Battisti est arrêté à Paris.

3 mars: remise en liberté sous contrôle judiciaire.

30 juin: la cour d’appel de Paris se déclare favorable à l’extradition. Battisti se pourvoit en cassation.

2 juillet: Jacques Chirac déclare qu’«il est de notre devoir de répondre favorablement à une demande d’extradition».

21 août: il ne se présente pas à la police comme l’exige son contrôle judiciaire.

25 août: Battisti affirme qu’il «reste en France» dans une lettre à ses avocats.

30 août: la cour d’appel de Paris délivre un mandat d’arrêt.

13 octobre: la Cour de cassation rejette le pourvoi de Battisti, rendant définitif l’avis favorable de la justice à son extradition.

23 octobre: le Premier ministre Jean-Pierre Raffarin signe le décret d’extradition.

18 mars 2005: le Conseil d’Etat rejette le recours de Battisti contre le décret d’extradition.

18 mars 2007: En fuite, Battisti est arrêté à Rio de Janeiro, au Brésil. La justice italienne demande son extradition.

14 janvier 2009: le Brésil lui accorde le statut de réfugié politique. L’Italie proteste et demande à la Cour suprême d’annuler cette décision.

18 nov 2009: la Cour suprême autorise l’extradition de Battisti mais laisse la décision finale au président Luiz Inacio Lula da Silva.