Port-au-Prince n’est pas la seule ville meurtrie par le séisme. Samedi, l’ONU a annoncé que de 80 à 90% des bâtiments de la ville de Leogane, à l’ouest de la capitale, avaient été endommagés. Dans cette ville de 134 000 habitants, entre 5000 et 10 000 personnes, selon la police locale, ont été tuées par le tremblement de terre. Une autre ville, Jacmel, sur la côte Sud, à quelque 40 km de la capitale, est à moitié dévastée. A Carrefour, 334 000 habitants, certains quartiers sont détruits à 50%.

Le pire séisme: ce séisme est le pire désastre auquel l’ONU a été confrontée dans son histoire, a estimé la porte-parole du Bureau de coordination des affaires humanitaires, Elisabeth Byrs.

Bilan provisoire: déjà plus de 25 000 corps ont été ramassés dans les rues de la capitale et ses alentours, selon les autorités haïtiennes qui dressent un bilan de 50 000 morts, 250 000 blessés et 1,5 million de sans-abri. L’Organisation internationale pour les migrations (OIM) estimait dimanche qu’un million de personnes avaient besoin au plus vite de tentes et d’assistance non alimentaire.

Cas de survie: trois Haïtiens ont été extraits vivants des décombres d’un supermarché de Port-au-Prince dimanche ainsi qu’un membre danois de la Minustah, près de cinq jours après le séisme qui a détruit une grande partie de la capitale. Au total, les secouristes internationaux ont retiré quelque 70 personnes des décombres.

Enfants en cours d’adoption:

un avion affrété par les Pays-Bas et deux organisations d’adoption devrait partir pour Haïti lundi afin de rapatrier les 109 enfants haïtiens en cours d’adoption par des familles néerlandaises.