Les trois points à ne pas rater pour Emmanuel Macron

1. Parler d’avenir

C’est la seule solution pour celui qui dénonce «le grand recroquevillement» dans lequel son adversaire plongerait la France si elle était élue. Il doit aussi démontrer que l’application du programme de Marine Le Pen entraînerait une crise politique et économique sans précédent, avec le risque d’une mise en péril de l’Union européenne en pleine guerre en Ukraine.

2. Modérer son tempérament

La présidence en mode jupitérien, verticale, est perçue comme dangereuse. Le président sortant doit parler de coopération, de participation et de démocratie.

3. Répéter ses engagements

Emmanuel Macron est dans l’obligation de donner des gages sérieux aux deux camps qu’il a besoin de rallier: la gauche sociale-démocrate et les écologistes.

Lire aussi: Emmanuel Macron face aux «passions tristes»

Les trois points à ne pas rater pour Marine Le Pen lors du débat

1. Rassurer sans se renier

La candidate du RN doit absolument se défaire de l’héritage raciste et europhobe de son père tout en restant fidèle à sa base électorale. Il s’agira également de gommer l’agressivité qui colle à la peau du parti et lui avait coûté cher lors du débat de 2017.

2. Se faire une crédibilité économique

Les questions économiques restent un souvenir particulièrement cuisant du débat d’entre-deux-tours de 2017 – on se rappelle du faux retour à l’écu – face à un Emmanuel Macron expert de ces sujets. Marine Le Pen a régulièrement insisté ces derniers mois sur la solidité de son programme et le travail accompli mais ne convainc toujours pas les experts.

3. Montrer sa capacité à gouverner

Qui seraient les ministres de Marine Le Pen? Au vu du niveau de son entourage, la question donne le vertige. La candidate y répond en annonçant «un gouvernement d’union nationale» qui prendrait «le meilleur de la droite et de la gauche». Par ailleurs, selon Louis Aliot, membre du bureau national du RN, elle va montrer qu’elle peut «rassembler» et «incarner la fonction» présidentielle.

Lire aussi: Marine Le Pen face à son héritage