Mouvement social

Début d'une grève géante en France visant la réforme des retraites

Tout l'Hexagone sera perturbé par une grève générale, jeudi, contre le «système universel» de retraites par points, censé remplacer les 42 régimes existants

Une grève générale débute jeudi 5 décembre en France pour forcer le président Emmanuel Macron à abandonner son projet de réforme des retraites. Transports bloqués, écoles fermées et près de 250 cortèges organisés: ce bras de fer devrait paralyser le pays tout entier.

Les manifestants protestent contre le «système universel» de retraites par points, censé remplacer les 42 régimes existants (fonctionnaires, privés, régimes spéciaux, complémentaires). Si l'exécutif promet un système «plus lisible» et «plus juste», les opposants s'attendent à une «précarisation» des retraités.

Lire aussi: Sur les retraites françaises, la loi des chiffres 

Les syndicats ont appelé tous les secteurs à faire part de leur mécontentement. «Nous devons paralyser l'économie», a déclaré Christian Grolier, un des représentants du syndicat Force Ouvrière. «Il faut miser sur un bon gros coup», a estimé aussi Yves Veyrier, secrétaire général du même syndicat, qui appelle à cette «première journée» avec la CGT, la FSU, Solidaires et des organisations de jeunesse.

Message reçu: 90% des TGV et 80% des trains régionaux sont annulés, 11 lignes du métro parisien sont fermées. Jeudi noir aussi en perspective dans les transports à Strasbourg, Bordeaux, Marseille, Nantes ou Lille. Des grèves illimitées sont prévues à la RATP et à la SNCF où on s'attend déjà à un mouvement dans la durée.

Trains et vols de et vers la Suisse annulés

Répercussions directes en Suisse: jeudi, seul un aller et retour Paris-Bâle est prévu (départ de Paris 7h23, départ de Bâle 12h34). Les CFF déconseillent les voyages vers cette destination du 5 au 8 décembre. Ces deux trains circuleront avec un horaire modifié, car ils feront plusieurs arrêts exceptionnels sur leur parcours. Tous les autres TGV entre la Suisse et la France sont supprimés. Les autres relations franco-suisses régionales (TER) seront aussi très fortement touchées.

Dans le ciel, les compagnies aériennes ont été priées de réduire de 20% leur programme de vols. Par conséquent, Air France a annulé 30% de ses vols domestiques, 15% des moyen-courriers. La compagnie aérienne britannique EasyJet a annoncé mercredi l'annulation de 233 vols intérieurs et moyen-courriers. Ryanair a également annoncé des annulations sans donner de précisions.

Lire aussi l'article lié: Le 5 décembre, ce «choc» social français si redouté

En Suisse 25 vols sont annulés au départ de Genève-Aéroport et 26 à l'arrivée, a indiqué Madeleine von Holzen, porte-parole. Il s'agit de liaisons avec la France mais, aussi de certaines qui ne font que survoler l'espace aérien français, a-t-elle précisé. A Zurich, une rotation de Swiss Zurich-Paris est supprimée. D'autres vols pourraient l'être en journée, selon le service de presse.

Grève illimitée

Dans les écoles, un taux de grève de 55% est prévu nationalement, et de 78% à Paris, selon le ministère français de l'éducation. Et ce n'est pas tout: policiers, éboueurs, avocats, retraités ou transporteurs routiers - qui planifient des opérations escargots - appellent aussi à la mobilisation. De même que des «gilets jaunes» et les partis d'opposition.

Anticipant un mouvement long dans un contexte social tendu où les mécontentements se multiplient (hôpital, police, pompiers, enseignants, cheminots, «gilets jaunes»...), l'exécutif maintient le cap. «Je n'y renoncerai pas», avait affirmé le chef de l'État qui a promis mercredi de s'exprimer «devant les Français au moment où je le considérerai opportun».

Le ministère de l'Intérieur s'attend à la présence de «quelques centaines» de «black blocs» et «gilets jaunes radicaux», «quelques milliers» dans tout le pays. Rien qu'à Paris, la préfecture de police a mobilisé près de 6 000 policiers et gendarmes.

Plusieurs sondages ont montré que si les Français sont favorables à une réforme des retraites, une majorité soutient également la grève, dans un pays qui sort de la forte fronde sociale des «gilets jaunes» à la fin 2018 et au début 2019.

Publicité