Italie 

Dans les décombres du viaduc de Gênes, les sauveteurs recherchent les «miraculés»

Les recherches de survivants se poursuivent à Gênes après l'effondrement du pont qui a fait une quarantaine de morts mardi. Les autorités ont décrété l'état d'urgence et se disent inquiètes quant à la stabilité des sections restantes du pont

Les sauveteurs ont poursuivi dans la nuit de mercredi à jeudi leurs recherches pour tenter de trouver encore des survivants dans les décombres du pont autoroutier qui s’est effondré à Gênes. «Des miracles sont encore possibles», a déclaré le ministre de l’Intérieur.

Lire également:  Après l’effondrement du viaduc de Gênes, l'Italie cherche un coupable 

A la lueur de puissants projecteurs, les équipes de secours ont travaillé sans relâche au milieu des énormes blocs de béton et des morceaux de ferraille, avec l’aide de chiens et de pelleteuses. Le bilan ce jeudi matin était de 39 morts et 16 blessés, dont neuf dans un état grave. Mais les autorités répètent qu’il y a des disparus.

Le ministre de l’Intérieur, Matteo Salvini, a toutefois refusé de dire combien de personnes manquaient à l’appel. Et le ministre d’expliquer qu’il est particulièrement difficile en cette période de vacances de déterminer qui a «éteint son téléphone pour se détendre» et «qui ne répond pas parce qu’il est sous les décombres». 

Lire aussi:  Après le drame de Gênes, Rome annonce un audit des infrastructures du pays

«Des miracles sont encore possibles», a-t-il ajouté, espérant que le bilan humain ne grimpe pas davantage. «Il reste évidemment l’espoir pour les secouristes de retrouver quelques survivants, mais plus le temps passe, plus c’est difficile», a déclaré à Riccardo Sciuto, commandant des carabiniers de la province de Gênes.

Trois enfants de 8 à 13 ans figurent parmi les morts, de même que quatre jeunes Français, trois Chiliens et un Colombien.

Voir ici:  La catastrophe de Gênes en images

Déblayages en cours

Les autorités ont appelé à retirer rapidement des tonnes de débris d’un lit de rivière asséché afin que les décombres ne créent pas de barrage de fortune si de fortes pluies s’abattaient sur la ville. Elles s’inquiétaient en outre de la stabilité des grandes sections restantes du pont.

Au lendemain de l’effondrement du pont Morandi, du nom de son concepteur, le gouvernement italien a décrété mercredi l’état d’urgence à Gênes. Et il a promis de révoquer la concession de l’exploitant de l’ouvrage. Le groupe Autostrade per l’Italia est accusé de négligence criminelle. Les acteurs du secteurs s'accusent mutuellement d'en être responsable. 

Cet état d’urgence offre un cadre normatif pour la gestion du site et l’assistance aux plus de 630 personnes évacuées et dont les habitations, en contrebas de ce qui reste du pont, sont condamnées. Le gouvernement s’est engagé à les reloger avant la fin de l’année.

Cinquième pont effondré en deux ans

Environ 35 voitures et plusieurs camions, selon la protection civile, ont été précipités dans le vide d’une hauteur de 45 mètres dans l’effondrement soudain et inexpliqué, mardi en fin de matinée, d’une portion de plus de 200 mètres du pont Morandi, un ouvrage massif en béton de la fin des années 1960 qui a régulièrement dû faire l’objet d’importants travaux d’entretien.

Le viaduc de Gênes est le cinquième pont à s’effondrer en Italie en cinq ans: deux en Sicile en 2014, dont l’un le lendemain de son inauguration, et deux autres en Lombardie et dans les Marches en 2017.

Publicité