L'essentiel

Peu à peu, les pays européens présentent leurs scénario de sortie de crise. Par exemple, le Danemark a rouvert les écoles ce mercredi.

Mardi, le FMI a produit ses premières estimations au temps du virus. Il prévoit une récession de 3% cette année à l'échelle mondiale, 6% en Europe et Etats-Unis.

Donald Trump a décidé de suspendre l'apport américain à l'OMS. Une décision jugée très égoïste par l'organisation et fustigée par plusieurs pays de la communauté internationale.

Retrouvez les nouvelles du mardi 14.


■ Genève en discussion pour acquérir une machine à masques

Le canton de Genève est en discussion avancée pour acquérir une machine à produire des masques médicaux de protection. Un tel outil coûte environ 700 000 francs, a déclaré mercredi, dans une interview accordée à la RTS, le conseiller d'Etat genevois Mauro Poggia.

Le magistrat a indiqué que cet achat devait se conclure en partenariat avec le secteur privé. Selon lui, il apparaît évident, par les temps qui courent, que le fait de dépendre de relations commerciales avec l'étranger pour obtenir des produits de première nécessité contre le virus posait des problèmes bien réels.

«Nous devons pouvoir être indépendants», a souligné le responsable du département de la santé. C'est une question «de bon sens». L'achat d'une machine à masques permettrait aussi de proposer du travail à des personnes à Genève. M. Poggia a rappelé que les besoins sont énormes aujourd'hui.

Rien que pour le personnel soignant, il faudrait 2,5 millions de masques pour tout le pays. M. Poggia a dit espérer que d'autres, en Suisse, feront aussi l'acquistion de machines semblables. Ces investissements seraient très rapidement rentabilisés et permettrait de constituer des stocks pour l'avenir.


■ Partis politiques et syndicats avancent leur pions

Un jour avant que le Conseil fédéral ne présente un plan de sortie, le PLR, les Verts, l'USS et usam dégainent leurs revendications. Entre protection des personnes vulnérables et redémarrage rapide de l'économie, le curseur bouge selon la sensibilité politique.

Limiter les restrictions: les mesures de protection devraient se concentrer sur les groupes à risque, afin de limiter au maximum les restrictions pour le reste de la population. Le PLR demande d'étendre dès que possible les tests de dépistage à l'ensemble de la population. Un pistage efficace doit également être mis en place pour interrompre rapidement les chaînes d'infection.

A propos des scénarios de sortie de crise

«Redémarrage intelligent»: L'usam, préconise une reprise dès le 27 avril, se fait plus précise. Plusieurs associations professionnelles ont formulé des plans, qui ont été soumis au Conseil fédéral, pour une reprise progressive de leurs activités. Le commerce de détail, les détaillants d'articles de sport et de chaussures s'appuient sur le modèle de ce que font déjà les grands distributeurs et les pharmacies. Les coiffeurs prévoient de minimiser les contacts avec leur clientèle, de renforcer les mesures de désinfection et de porter des masques.

Tournant écologique: Le groupe parlementaire des Verts soutient un programme d'impulsion pour un tournant écologique. Les Verts veulent affecter plusieurs milliards de francs à des mesures, qui doivent permettre aux secteurs touchés par la pandémie de devenir plus résilients.


■ Le G20 donne son aval à la suspension temporaire du service de la dette des pays les plus pauvres 

Les ministres des finances et les banquiers centraux du groupe G20 ont donné mercredi leur aval à une suspension provisoire du service de la dette des pays les plus pauvres, ont-ils annoncé dans un communiqué publié à l'issue d'une réunion virtuelle.

La dette des pays les plus pauvres est suspendue pour une période de 12 mois afin de les aider à traverser la crise liée à la pandémie du coronavirus, a indiqué mercredi Mohammed al-Jadaan, le ministre des Finances saoudien lors d'une conférence de presse virtuelle.

«Nous nous sommes mis d'accord sur une approche coordonnée avec un échéancier commun fournissant les principales caractéristiques de cette initiative [...] qui a également été approuvée par le Club de Paris», précisent-ils. «Tous les créanciers officiels bilatéraux participeront à cette initiative», ajoute le G20 exhortant également les créanciers privés à participer à l'initiative.

Mardi, le G7 s'était dit favorable à une telle initiative pour aider ces pays à faire face aux impacts sanitaires et économiques de la pandémie du coronavirus, mais à condition de recevoir l'aval du G20.


■ Annulation des trois sections parallèles cannoises

Les sections parallèles du Festival de Cannes - Quinzaine des réalisateurs, Semaine de la critique et ACID - ont annulé mercredi leurs éditions 2020, prenant acte de la décision des autorités d'interdire les festivals jusqu'à la mi-juillet en raison de la crise du coronavirus.

Mardi soir, le Festival de Cannes était sorti de son silence pour évoquer une réflexion sur de nouvelles «formes» que pourrait prendre son édition 2020, sur fond de crise du coronavirus, pour faire «exister» les films «d'une manière ou d'une autre».

Lire aussi:  Coronavirus: les festivals de l’été retiennent leur souffle

Une des options serait une édition très limitée par exemple à la sélection officielle (qui comprend les films en compétition pour la Palme d'or et la section Un certain regard) et numérique, mais le délégué général de Cannes, Thierry Frémaux, avait récemment marqué, dans plusieurs médias, son opposition à un tel scénario.


■ En RDC, les autorités craignent «le pire» dès début mai

Les autorités sanitaires congolaises disent «craindre le pire» à Kinshasa où l'épidémie de Covid-19, qui a fait jusqu'à présent 21 morts dans le pays, «entre dans une phase de croissance exponentielle», dans un communiqué parvenu mercredi à 'AFP.

De son côté le Congo-Brazzaville a franchi la barre des 100 cas confirmés, selon le dernier bilan officiel publié mercredi. En République démocratique du Congo, «la pandémie du Covid-19 entre dans une phase exponentielle dans la ville province de Kinshasa [...], le pic de cette croissance sera atteint entre la première et la deuxième semaine du mois de mai 2020», estime le comité multisectoriel de la riposte au Covid-19 dans un compte-rendu de sa réunion de lundi, parvenu mercredi à l'AFP.

«Pendant cette période, il faut s'attendre à un afflux important des malades dans les structures sanitaires qui vraisemblablement seront débordées. Si les efforts de préparation en cours ne sont pas finalisés à temps, il faudra craindre le pire», ajoute le comité dans ce document signé par son secrétaire technique, le Pr Jean-Jacques Muyembe.


■ La Délégation des finances débloque 775 millions de plus

La Confédération peut acquérir en urgence du matériel sanitaire et de médicaments, et faire avancer le développement de vaccins contre le COVID-19. La Délégation des finances a libéré ce mercredi de nouveaux crédits urgents à hauteur de 775 millions de francs.

La semaine passée, le Conseil fédéral avait demandé au Parlement des crédits supplémentaires d'un montant total de 2,24 milliards de francs, soulignant le caractère urgent d'un tiers de cette somme. 

Ces crédits provisoires sont à disposition avec avec effet immédiat. Le Parlement se prononcera ultérieurement au début du mois de mai lors de la session extraordinaire sur le dossier.

L'argent libéré doit permettre principalement de garantir à la population et aux hôpitaux un approvisionnement en masques, désinfectant et tests puisque «la disponibilité de ces produits constitue une condition décisive pour un assouplissement progressif des mesures de protection actuelles». Il doit aussi servir à soutenir des équipes de recherche internationales dans le développement rapide d'un vaccin contre la coronavirus.


■ La Suisse défend le rôle-clé de l'OMS face à la pandémie

«L'OMS est l'organisation internationale-clé dans cette pandémie», a affirmé mercredi à Keystone-ATS l'Office fédéral de la santé publique (OFSP). «Le multilatéralisme et la collaboration internationale sont centrales pour lutter ensemble avec succès contre le covid-19».

Un contrepied par rapport au président américain qui accuse l'entité dirigée par l'Ethiopien Tedros Adhanom Ghebreyesus, établie à Genève, de «mauvaise gestion» de la crise. Pour la Suisse, il est toutefois prématuré de prendre un quelconque engagement sur un financement additionnel pour combler le manque à gagner après l'annonce américaine.

L'enveloppe suisse est alimentée surtout par l'OFSP et la Direction du développement et de la collaboration (DDC). La seconde a débloqué récemment 18 millions de francs pour assister plusieurs acteurs internationaux face à la pandémie, dont l'institution dirigée par Tedros Adhanom Ghebreyesus.

Et «nous attendons le retour de l'OMS sur les conséquences de la décision de suspension des contributions» américaines, dit l'OFSP. Plus largement, Berne discute régulièrement du financement durable de l'organisation avec plusieurs pays.


■ La performance des caisses de pension malmenée

Les implications économiques de la pandémie n'épargnent pas la fortune des caisses de pension helvétiques, selon le relevé périodique publié mercredi par le cabinet de conseil Willis Towers Watson. Ces instituts qui se caractérisent par des placements à long terme sont cependant relativement épargnés par les turbulences à brève échéance.

La performance négative sur les trois premiers mois de l'année a d'ores et déjà réduit à néant trois quarts des gains réalisés en 2019. L'impact sur les bilans a toutefois pu être atténué par la multiplication des prêts aux entreprises.

Lire aussi: Le virus frappe aussi les retraites

La contraction de la valorisation des placements dans les entreprises du pays a enfoncé pour la seconde fois seulement en trois ans l'indice du cabinet de conseil, qui mesure le taux de couverture, en-dessous de la marque des 100%.


■ En France, des primes pour le personnel soignant 

Le Premier ministre français Edouard Philippe a annoncé le versement d'une prime de 1500 euros pour tous les personnels des services de santé qui gèrent la crise du Covid-19 dans les départements les plus touchés et des services ayant accueilli des patients Covid-19 dans les départements les moins touchés.

Les autres personnels de santé recevront une prime de 500 euros, a ajouté le chef du gouvernement, à l'issue du Conseil des ministres, précisant que ces primes seront «nettes de tout», c'est-à-dire exemptes de charges et d'impôts.


■ Le plan de l'UE pour un déconfinement coordonné

La Commission européenne a présenté des recommandations à l'attention des Etats membres, sans donner de calendrier, alors que plusieurs pays, à la faveur d'un ralentissement de la propagation du coronavirus, ont pris ou s'apprêtent à prendre des mesures vers un retour à la normale.

Les recommandations devaient être dévoilées la semaine dernière mais le timing ayant été jugé prématuré, la présidente de la Commission Ursula von der Leyen a reporté sa conférence de presse à mercredi.

Cette feuille de route fixe trois critères de sortie:

  • une baisse prolongée de la propagation du virus,
  • un système de santé suffisamment équipé pour faire face à une hausse des infections après la levée des mesures,
  • des capacités de test suffisantes.

Application de traçage: L'exécutif européen insiste sur la coordination entre Etats membres. Dans la perspective d'une fin de l'isolement, la Commission insiste notamment sur l'importance des applications mobiles de traçage, qui «peuvent aider à interrompre les chaînes de transmission de l'infection plus rapidement et de façon plus efficace que des mesures générales de confinement».

Protection des plus vulnérables: La Commission recommande une levée «graduelle» des mesures de confinement, les personnes âgées et les personnes souffrant de maladies chroniques devant être protégées «plus longtemps».

Réouverture des frontières: La levée des contrôles aux frontières internes de l'UE doit se faire de façon coordonnée, et la réouverture des frontières extérieures, dont la fermeture doit être prolongée jusqu'au 15 mai, doit se faire dans un deuxième temps.

Ecoles et lieux de travail: La Commission juge aussi que «toute la population ne devrait pas retourner sur son lieu de travail en même temps», et que le «télétravail doit continuer à être encouragé». A propos des écoles, elle évoque la possibilité d'adapter les horaires des repas et des classes réduites.


■ Récolte de fonds pour un vaccin contre le virus 

La présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen a annoncé l'organisation d'une conférence des donateurs en ligne le 4 mai afin de lever des fonds pour la recherche d'un vaccin et de traitements contre le nouveau coronavirus, a-t-elle annoncé mercredi.

Un vaccin est «notre meilleure chance collective de vaincre le virus», a expliqué Ursula von der Leyen lors d'une conférence de presse. La conférence «permettra d'aborder la question des déficits de financement immédiats et de trouver des solutions innovantes et équitables», a-t-elle ajouté.


■ Le Tour de France aura lieu du 29 août au 20 septembre 

Départ le 29 août de Nice et arrivée le 20 septembre à Paris: les nouvelles dates du Tour de France ont été officialisées ce jour par l'Union cycliste internationale (UCI). Jamais le Tour de France n'est parti aussi tard dans l'été depuis sa création en 1903.

La période de suspension des compétitions internationales est prolongée d'un mois jusqu'au 1er juillet, a annoncé également l'UCI au terme de sa réunion avec les parties prenantes du cyclisme, équipes, coureurs et organisateurs.

Le report du Tour de France a notamment pour conséquence un déplacement de la Vuelta en fin de saison. En revanche, la course élite des Mondiaux, programmée le 27 septembre à Aigle-Martigny sur un parcours accidenté, devrait bénéficier du retentissement du Tour qui se sera terminé sept jours plus tôt.


■ Le débat sur le revenu inconditionnel va reprendre

Les jeunes Verts annoncent avoir récolté 33 000 signatures en faveur de l'introduction d'un revenu de base inconditionnel.

Ils demandent son introduction «pour une durée indéterminée, mais au moins jusqu'à la levée du statut de «situation extraordinaire». C'est la seule façon d’assurer la subsistance de tous pendant et après la crise», affirment les écologistes.

Ils sont accusés par la droite de profiter de l'occasion pour relancer un débat clos par une votation en 2016, laquelle avait débouché sur 76,9% de non.

Notre  dossier sur la question du RBI


■ Neuchâtel entre dans la ronde des adoucissements

Le gouvernement neuchâtelois rend publiques ce mercredi des décisions qui posent quelques jalons sur le relâchement du carcan sanitaire. Le Conseil fédéral doit s'exprimer à ce propos demain.

On peut relever trois mesures.

Tri. Le Conseil d'Etat réduit le nombre de centres de tri infirmier dans le canton de sept à cinq (la Chaux-de-Fonds, Malvilliers, Travers, Marin et de Perreux).

Cabinet médicaux. Il assouplit le dispositif qui avait été mis en place pour donner la priorité aux malades atteint du Covid-19. Trois filières de cabinets médicaux sont créées dès lundi prochain, 20 avril, dont deux ne concernent pas les personnes infectées.

Déchets. Dès lundi aussi, selon une décision des communes, les déchetteries rouvriront, avec des contrôles d'accès «pour garantir le respect des mesures sanitaires». Le nombre de véhicule sera compté et le nombre de personnes sortant des véhicules limité. Les autorités s'attendent à des «files d'attente», elles  recommandant donc d’utiliser les autres structures tant que possible.


■ Chine et Allemagne contestent la suspension de l'aide américaine à l'OMS

La Chine exprime ce mercredi matin sa «vive préoccupation» après la décision de Donald Trump de suspendre la contribution de son pays à l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

Cette décision va affaiblir les capacités de l'OMS et miner la coopération internationale contre l'épidémie

Un porte-parole de la diplomatie chinoise, Zhao Lijian.

«Blâmer n'aide pas», lance pour sa part le ministre allemand des Affaires étrangères, Heiko Maas.

«Nous devons travailler en étroite collaboration contre le Covid-19. Un des meilleurs investissements est de renforcer les Nations unies, en particulier l'OMS, qui est sous-financée, par exemple pour le développement et la distribution de tests et de vaccins».


■ Un million de cas en Europe

Selon son décompte du début de matinée, l'AFP indique plus d'un million de cas de contaminations par le nouveau coronavirus ont été officiellement diagnostiqués en Europe, soit un peu plus de la moitié du total mondial.

Avec au moins 1 003 284 cas, dont 84 465 décès, l'Europe est le continent le plus touché par la pandémie de Covid-19. Au total dans le monde, 1 991 019 cas et 125 955 morts ont été recensés.

L'Espagne (172 541 cas, 18 056 décès), l'Italie (162 488, 21 067), la France (143 303, 15 729) et l'Allemagne (127 584, 3254) sont les quatre pays comptant officiellement plus de 100 000 cas sur leur territoire, tandis que le Royaume-Uni (93 873, 12 107) est celui qui enregistre actuellement quotidiennement le plus grand nombre de nouveaux cas.


■ Déconfinement: le point sur six pays

Allemagne. Relativement peu touchée (environ 2800 morts) par rapport aux pays comparables, l'Allemagne doit annoncer ce mercredi un allègement des mesures coercitives, qui varient d'une région à l'autre. Le président de l'Académie des sciences Leopoldina a toutefois déjà averti que les stades et salles de concert pourraient, dans le pire des scénarios, rester vides pendant 18 mois.

Danemark. Le voisin du nord rouvre ce mercredi crèches et écoles maternelles et primaires.

Italie. A l'arrêt depuis plus d'un mois, l'Italie (21 000 morts) a autorisé des réouvertures localisées et très limitées de certains commerces, par exemples des librairies. Mais de nombreuses régions ont pris des arrêtés prolongeant la fermeture des librairies, notamment celles de Rome, Turin, Naples, et Milan. Ces régions représentent plus de 40% de la population.

Autriche. Là, ce sont les parcs et les petits commerces qui ont rouvert mardi. Le plan du gouvernement est très progressif, sur plusieurs semaines.

Le reportage de notre correspondant:  En Autriche, un redémarrage prudent

Espagne. Une partie des travailleurs ont repris lundi le chemin des usines et des chantiers, après deux semaines d'arrêt quasi total de l'économie, qui avait été limitée aux «secteurs essentiels». Le pays déplore 18 000 décès.

République tchèque. Les ministres de ce pays ont présenté un plan de déconfinement par étapes, à partir du 20 avril.


■ Malgré tout, les Coréens votent

La Corée du Sud est un des premiers pays confrontés à l'épidémie qui organise malgré tout des élections nationales, raconte l'AFP. Des mesures drastiques ont été prises pour permettre la tenue du scrutin.

Le port du masque est obligatoire pour les électeurs qui, dans les files d'attente aux abords des bureaux de vote, sont tenus de se tenir au minimum à un mètre les uns des autres.

Leur température est prise de façon systématique. Tous doivent se frotter les mains avec du gel hydro-alcoolique avant d'enfiler des gants en plastique. Ceux qui présentent de la fièvre sont dirigés vers un isoloir spécial qui est désinfecté après chaque utilisation.

La dépêche de l'AFP rappelle que les législatives sont souvent considérées en Corée du Sud comme un référendum sur l'action du président. Moon Jae-in a de grandes chances de se voir conforté lors de ce scrutin. Il y a quelques mois, il était la cible de nombreuses critiques en raison du ralentissement économique et de l'enlisement des négociations avec le Nord, dont il était un ardent défenseur.

Mais sa cote de popularité, qui était tombée à 41% d'opinions favorables fin janvier, était à 57% la semaine dernière, selon Gallup. Une remontée due essentiellement à sa gestion de la crise sanitaire.

Mercredi, Séoul a pour la septième journée d'affilée annoncé un bilan quotidien inférieur à 40 nouvelles contaminations (27 cas sur 24 heures). Au total, 11 000 personnes ont été infectées en Corée du Sud, dont 225 sont mortes.


■ Un instantané: en Caroline du Nord, la demande d'assouplissements

Un manifestant sur un parking proche du parlement de Caroline du Nord, Raleigh, 14 avril 2020. L'organisation qu'il représente demande la levée du confinement pour l'économie à fin avril.


■ Sombre record aux Etats-Unis

Les Etats-Unis ont enregistré mardi un sombre record avec plus de 2200 morts supplémentaires du nouveau coronavirus en 24 heures, le plus lourd bilan journalier recensé par un pays. Leur bilan total, également le plus lourd du monde, s'élève à plus de 25 700 morts et 600 000 cas de contamination enregistrés.


■ Le bilan global ce matin

La pandémie a fait quelque 125 000 morts dans le monde. Elle a infecté presque deux millions de personnes – chiffre inférieur à la réalité en raison des différences de méthodes de test.