Une cour d’appel de San Francisco a autorisé lundi une application limitée de la troisième version du décret anti-immigration du président américain Donald Trump. Le gouvernement américain avait déposé une motion à la suite de la suspension du texte par plusieurs tribunaux.

L’application du nouveau texte est «partiellement accordée, partiellement rejetée», écrit la Cour d’appel du 9e district. Le décret est maintenu à part pour les «étrangers qui peuvent démontrer une relation authentique avec une personne ou une entité aux Etats-Unis». Les grands-parents, petits-enfants, beaux-frères, belles-sœurs, oncles et tantes, neveux, nièces et cousins sont notamment exemptés du décret migratoire aux Etats-Unis.

Quant aux relations avec une entité, à l’instar d’une université ou d’un employeur, elles doivent être «formelles et documentées», souligne la décision de la cour d’appel, afin de pouvoir demander l’entrée aux Etats-Unis.

Suspendu il y a un mois

Le président américain avait signé le 25 septembre un troisième décret interdisant de façon permanente le franchissement des frontières américaines aux ressortissants de sept pays: Yémen, Syrie, Libye, Iran, Somalie, Corée du Nord et Tchad.

De façon punitive, le nouveau décret suspend également l’entrée aux Etats-Unis de responsables gouvernementaux vénézuéliens. Il y a un mois environ, des juges fédéraux du Maryland et d’Hawaii avaient largement suspendu l’application du décret.

Lire aussi: Le nouveau décret migratoire de Trump encore une fois bloqué

Donald Trump affirme que ses décrets migratoires ont pour objectif de renforcer la sécurité nationale et de lutter contre le terrorisme. Ses détracteurs lui reprochent au contraire de cibler sans raison et de façon discriminatoire des dizaines de millions de musulmans.