«Quelqu’un doit assumer ses responsabilités», écrit dans sa lettre de démission le président du Parti conservateur, Oliver Dowden, fidèle parmi les fidèles, sous-entendant que Boris Johnson ne le fait pas.