Monde

La défense de l’environnement, une activité à très haut risque

L’organisation Global Witness a recensé l’an dernier 185 assassinats de militants environnementaux. Un chiffre en très forte hausse

La terre est un champ de bataille. Paysans anonymes accrochés à leurs champs, chefs de communautés menacées ou journalistes d’investigation, les défenseurs de l’environnement sont de plus en plus nombreux à payer de leur vie leur engagement. L’organisation non gouvernementale Global Witness a lancé lundi ce cri d’alarme dans un rapport d’une trentaine de pages, «On Dangerous Ground». Un document qui confirme, derniers chiffres à l’appui, d’autres études publiées récemment sur le sujet.

Global Witness a dénombré 185 assassinats de militants environnementaux en 2015 – un tous les deux jours – contre 116 l’année précédente. Et à entendre Billy Kite, l’un des auteurs du rapport, cette augmentation de 59% n’est pas due à un perfectionnement des méthodes de recensement. «Nous avons utilisé les mêmes sources que précédemment, explique-t-il. Nos chiffres reflètent malheureusement une évolution bien réelle.»

Ces 185 assassinats ont été perpétrés dans 16 pays, en tête desquels figurent le Brésil (50), les Philippines (33) et la Colombie (26), le Honduras (8) ayant compté le plus d’homicides en proportion de sa population. La région du monde la plus dangereuse pour les protecteurs de l’environnement a été de très loin l’Amérique latine (122), devant l’Extrême-Orient (49) et l’Afrique subsaharienne (13). «Mais il ne s’agit là que de la pointe de l’iceberg, assure Billy Kite. De nombreux cas nous échappent. Les rapports officiels crédibles et les médias libres, qui constituent nos principales sources, manquent cruellement dans certaines parties du monde comme la Chine ou l’Asie centrale.»

Une bonne centaine d’assassinats ont pu être associés à des secteurs économiques particuliers, poursuit le rapport: 42 étaient liés de manière dominante à des activités minières et extractives, 20 à l’agro-industrie, 15 à l’exploitation de la forêt, 15 à l’usage de l’eau (dans le domaine hydroélectrique notamment) et 13 au braconnage.

Les acteurs privés ne sont pas seuls en cause cependant, insiste Global Witness. Nombre de fonctionnaires ont également trempé dans ces homicides. Parmi les affaires «bien documentées», l’organisation en a trouvé 13 impliquant directement l’armée et 11 la police. Surtout, il est extrêmement rare que les Etats concernés poursuivent les coupables, qu’ils appartiennent aux forces de l’ordre ou qu’ils soient employés par des entreprises. «De nombreuses autorités ferment les yeux ou empêchent activement les enquêtes, assure le rapport. […] Même dans les cas peu fréquents où les assassins ont été arrêtés, il existe peu d’indices que des enquêtes aient été menées pour découvrir les commanditaires.»

Il reste à expliquer la tendance actuelle à la multiplication des assassinats de militants environnementaux. «La demande croissante en ressources de toutes sortes (minerais, bois, viande, électricité) encourage l’exploitation de régions toujours plus reculées, dont nombre de territoires occupés par des peuples autochtones, observe Billy Kite. S’ajoute à cela l’effondrement du prix des matières premières, qui exacerbe l’appétit de certaines entreprises.»

La tolérance de beaucoup d’Etats ne fait que renforcer la tendance. Le Pérou, par exemple, a récemment adopté une loi qui réduit le délai imposé à l’évaluation des impacts environnementaux, ce qui a ouvert la voie à de nouveaux abus. Et quand les populations locales se rebellent, elles se retrouvent fréquemment sans protection. «L’impunité est si répandue que les tueurs savent qu’ils peuvent y aller», déplore l’enquêteur de Global Witness.

Coordinateur de l’Observatoire pour la protection des défenseurs des droits de l’homme, Miguel Martín Zumalacárregui confirme. «Les militants environnementaux constituent désormais la catégorie d’activistes la plus menacée, devant les champions des droits politiques par exemple, assure-t-il. Et ce pour deux raisons. Ils sont confrontés à un plus large spectre d’adversaires, qui comprend aussi bien des représentants de l’Etat que des privés. Et ils s’avèrent plus vulnérables que d’autres du fait de leur lieu de résidence, situé dans des zones rurales souvent très reculées.» Loin des yeux, loin du droit.

Publicité