Asie

La défense des Rohingyas, nouvelle cause musulmane

La Turquie, l’Iran et l’Arabie saoudite craignent de se laisser déborder par les djihadistes dans la défense de la minorité musulmane traquée par l’armée birmane

Un Boeing 747 rempli de tentes, de couvertures et de vivres atterrira ce vendredi matin au Bangladesh. Puis une vingtaine de camions prendront la direction de la frontière avec le Myanmar, où s’entassent près de 420 000 Rohingyas, ces musulmans chassés de chez eux par l’armée birmane. L’ONU espère que ce vol est le premier d’une longue série, tant la situation humanitaire est critique. C’est l’Arabie saoudite qui finance cette opération.

La minorité la plus persécutée du monde

Le royaume n’est pas seul en pointe de la défense des Rohingyas, considérés depuis des années comme la minorité la plus persécutée du monde mais longtemps oubliés. Grand rival de l’Arabie saoudite, l’Iran se préoccupe également de la détresse des Rohingyas, même s’ils ne font pas partie de la branche chiite de l’islam.

Mi-septembre, le guide suprême iranien, Ali Khamenei, appelait les pays musulmans à exercer des pressions sur le Myanmar. Il en profitait pour «enterrer» l’institution du prix Nobel, attribué en 1991 à l’opposante birmane Aung San Suu Kyi. Aujourd’hui à la tête du gouvernement, la «Dame de Rangoun» rechigne à condamner les exactions des militaires, encore tout-puissants en dépit de l’ouverture démocratique.

Cause longtemps négligée

A Genève, les pays de l’Organisation de la conférence islamique (OCI) s’activent pour faire condamner le Myanmar au Conseil des droits de l’homme, réuni ces jours. Ils étaient loin d’être aussi engagés par le passé, malgré les mises en garde internationales répétées sur les discriminations visant les Rohingyas. Mais tous ces pays craignent d’être débordés par des groupes islamistes plus radicaux.

«Nous n’avons pas attendu les derniers événements pour nous émouvoir», défend pour sa part Hani Ramadan, le directeur du Centre islamique à Genève. Le prédicateur dit mentionner fréquemment le triste sort des Rohingyas dans ses prêches. Des collectes sont organisées auprès des fidèles. «A but humanitaire», précise le Genevois. Il entrevoit au Myanmar une spirale comparable à celle qui a englouti la Syrie. «Les victimes des persécutions prennent les armes pour se défendre et sont considérées comme des terroristes», dit-il.

Pas de papiers officiels ni d’accès au système de santé et éducatif

Le Myanmar, pays à 90% bouddhiste, a toujours considéré les Rohingyas comme des étrangers venus du Bangladesh à la faveur de la colonisation britannique. Malgré leur présence dans l’Etat de Rakhine (ouest) depuis des générations, les musulmans n’ont pas de papiers officiels et n’ont pas accès au système de santé et éducatif. «Le nouvel engagement de l’OCI est le bienvenu, commente John Fisher, le directeur de Human Rights Watch à Genève, d’autant que ces pays sont habituellement réticents à pointer du doigt un Etat en particulier.»

Le militant des droits de l’homme voit dans ce regain d’activisme musulman la conséquence de la dégradation de la situation dans l’Etat de Rakhine depuis le 25 août dernier. Ce jour-là, un mystérieux groupe rebelle, l’Armée du salut des Rohingyas d’Arakan (ARSA), attaquait des postes de police, déclenchant de terribles représailles de l’armée birmane. Villages incendiés, habitants pourchassés et exécutés, cette campagne d’expulsion de masse est désormais qualifiée de «nettoyage ethnique» par l’ONU.

Lire aussi: «Rohingyas, sur les routes de la déportation»

Contre les autorités birmanes, c’est la Turquie qui a été la plus rapide et la plus véhémente, le président Recep Tayyip Erdogan n’hésitant pas à évoquer un «génocide». Cette surenchère rhétorique intervient «sur fond de compétition entre l’Arabie saoudite, l’Iran et la Turquie pour le leadership du monde arabo-musulman, analyse pour sa part Jean-Marc Rickli, spécialiste du Moyen-Orient au Centre de politique de sécurité à Genève. Par le passé, cette lutte était un choc entre nationalismes et des visions de panarabisme laïque. Désormais, elle se joue sur le terrain religieux.»

Lire aussi: Des militants israéliens accusent leur pays de fournir des armes au régime birman

Tensions au Bangladesh

Les tensions religieuses sont aussi exacerbées chez le voisin occidental du Myanmar. Le Bangladesh, troisième pays musulman le plus peuplé, est le théâtre de manifestations islamistes en solidarité avec les Rohingyas persécutés. A tel point que la minorité bouddhiste craint d’être prise à partie. Certains experts vont plus loin: tous les ingrédients seraient réunis pour faire de la région un aimant à djihadistes.

«La propagande djihadiste tente de se saisir de la tragédie des Rohingyas au profit, entre autres, d’une implantation plus solide de l’Etat islamique en Asie du Sud-Est», écrit Jean-Pierre Filiu, professeur des universités en histoire du Moyen-Orient contemporain à Sciences Po Paris, sur son blog.

L’absence de dialogue politique entre la rébellion et les autorités du Myanmar risque d’aggraver encore ce conflit

Acculés dans leur califat en Syrie et en Irak, les combattants de l’Etat islamique (EI) pourraient réapparaître en Asie du Sud-Est, comme ils l’ont fait récemment aux Philippines. Abou Bakr al-Baghdadi, le chef de l’EI, mentionnait le Myanmar comme un possible débouché dès 2014. A la faveur des dernières atrocités perpétrées contre les Rohingyas, des vidéos circulent montrant des combattants indonésiens prêts à se battre aux côtés de leurs frères musulmans au Myanmar.

Lire aussi: «Le retour des djhadistes déstabilise les Philippines»

«L’ARSA ne veut pas du soutien d’Al-Qaida ou de l’Etat islamique. Elle dit qu’elle n’est financée par aucun pays étranger», tempère Remy Mahzam, chercheur auprès de l’Institut S. Rajaratnam de Singapour, spécialisé dans l’étude du djihadisme en Asie. Mais il prévient: «La violence appelle la violence. L’absence de dialogue politique entre la rébellion et les autorités du Myanmar risque d’aggraver encore ce conflit.»

Publicité