La menace planait depuis le scrutin du 7 novembre, privé d'opposition à la suite de l'emprisonnement des principaux rivaux du président. Les Etats-Unis ont annoncé, lundi, des sanctions financières contre le Parquet fédéral du Nicaragua et neuf hauts responsables du pays «en riposte au simulacre d'élections orchestré par le président Daniel Ortega et la vice-présidente Rosario Murillo».

Les mesures punitives américaines visent ainsi le Parquet, accusé par le Trésor américain dans un communiqué d'avoir «injustement arrêté et ouvert des enquêtes contre des candidats à la présidence, ce qui les a empêchés de se présenter et a donc sapé la démocratie».

Lire aussi: Réélu au Nicaragua, Daniel Ortega critiqué et menacé de sanctions

Elles visent notamment des membres du gouvernement, dont le vice-ministre des Finances Jose Adrian Chavarria Montenegro et le ministre de l'Energie et des Mines Salvador Mansell Castrillo, ainsi que les maires de villes de Matagalpa, Jinotega et Esteli, accusés par le Trésor d'être impliqués dans la répression violente de manifestations pacifiques en 2018.

Leurs éventuels avoirs aux Etats-Unis sont gelés et l'accès au système financier américain leur est barré.

Un message envoyé au président Ortega

En coordination avec Washington, le Royaume-Uni et le Canada ont aussi annoncé lundi des sanctions contre plusieurs hauts responsables nicaraguayens.

Le président des Etats-Unis Joe Biden avait qualifié de «comédie» les élections qui ont permis sans surprise la réélection de Daniel Ortega pour un quatrième mandat, avec son épouse Rosario Murillo à la vice-présidence. Le secrétaire d'Etat américain Antony Blinken avait prévenu que Washington envisageait de nouvelles sanctions.

Lire encore: De nouvelles arrestations d'opposants au Nicaragua

«Le régime Ortega utilise les lois et les institutions pour arrêter des membres de l'opposition politique et priver les Nicaraguayens de leur droit de vote», a déclaré la responsable des sanctions au Trésor américain, Andrea Gacki, dans un communiqué. Selon elle, «les Etats-Unis adressent un message sans ambiguïté au président Ortega, à la vice-présidente Murillo et à leur premier cercle, démontrant leur soutien au peuple du Nicaragua dans leurs appels en faveur de réformes et de retour à la démocratie».