Antonio Guterres a-t-il levé le doute que les défenseurs des droits humains pouvaient avoir quant à son engagement en leur faveur? Lundi, devant un Conseil des droits de l’homme bondé réuni au Palais des Nations à Genève en ouverture de sa 43e session, le secrétaire général de l’ONU a bien relevé que les droits de l’homme étaient «pris d’assaut».

Lire aussi: Elisabeth Tichy-Fisslberger: «Les droits humains sont le parent pauvre de l’ONU»