L'essentiel

Les dirigeants du G7 ont présenté dimanche un plan de lutte contre les épidémies et se sont engagés redistribuer un milliard de doses de vaccins en faveur des pays pauvres.

Le premier ministre anglais, Boris Johnson, a été contraint ce lundi de repousser de quatre semaines la levée des dernières restrictions anti-Covid, en raison d'une augmentation des cas due au variant Delta.

Un haut responsable de l'Agence européenne des médicaments (EMA) a estimé, dans une interview publiée dimanche, qu'il serait préférable d'arrêter le vaccin d'AstraZeneca pour toutes les tranches d'âge.

La Suisse compte 684 nouveaux cas de coronavirus depuis vendredi. On déplore 3 décès supplémentaires et 19 malades ont été hospitalisés.

Retrouvez notre suivi de la journée de dimanche.


■ Dépassé par le variant Delta, Boris Johnson met en pause le déconfinement

L'été commence mal au Royaume-Uni: le premier ministre Boris Johnson s'est résolu lundi à repousser de quatre semaines la levée des dernières restrictions anti-Covid en Angleterre, espérant contenir l'inquiétante poussée du variant Delta grâce à la vaccination.

Le pays d'Europe le plus endeuillé par la pandémie (près de 128 000 morts) a pu rétablir au fil du printemps nombre de libertés auparavant perdues, grâce à un long confinement et une campagne de vaccination très efficace. L'euphorie et l'impression de victoire face au virus sont cependant assombries par la brusque dégradation observée ces dernières semaines, les contaminations passant de 2000 à 7000 par jour et les hospitalisations commençant à augmenter, même si le nombre de décès par jour reste inférieur à 10. Cette tendance est attribuée au variant Delta initialement détecté en Inde, désormais dominant dans le pays et représentant 96% des nouveaux cas.

Pour se donner du temps et éviter d'aggraver la tendance, Boris Johnson, longtemps réticent, a annoncé lundi devant la presse avoir pris la «décision difficile» de repousser du 21 juin au 19 juillet la dernière étape de son plan de déconfinement pour l'Angleterre (chaque nation du Royaume ayant son propre calendrier). Cette dernière doit se traduire par la fin de la limitation à six des réunions en intérieur, l'autorisation pour les pubs de servir au bar et pour les salles de spectacles d'opérer à pleine capacité.

 

Le report annoncé lundi est très populaire au sein du public, inquiet de voir la situation se dégrader: selon un sondage de l'institut YouGov, 71% des personnes interrogées y sont favorables et 54% chez les 18-24 ans, moins à risque. Il provoque cependant la furie d'une partie du camp conservateur de M. Johnson, remonté contre les atteintes interminables aux libertés, et la consternation dans les milieux économiques et culturels concernés.

La fédération de l'hôtellerie-restauration UK Hospitality a chiffré à trois milliards de livres (3,5 milliards d'euros) le manque à gagner du secteur avec un mois de report de la fin du déconfinement, s'inquiétant aussi d'«un effet ricochet sur les réservations tout l'été et en automne» et demandant de nouvelles aides publiques. La Night Time Industry Association représentant le monde de la nuit estime qu'un quart des entreprises du secteur ne survivra pas à un mois de plus de fermeture sans nouveau soutien. Elle craint de voir la main d'oeuvre déserter durablement ces établissements.


■ Dès mardi et sous certaines conditions, la France vaccinera les adolescents

Uniquement en centre, avec l'autorisation des deux parents et le consentement du mineur: la vaccination des adolescents contre le Covid-19 débutera demain en France avec, comme principal enjeu, l'augmentation de la couverture vaccinale pour limiter au maximum la circulation du virus.

La vaccination sera ouverte à tous les enfants de 12 ans et plus, soit potentiellement plus de 3 millions et demi de personnes. Avec une exception: les adolescents ayant développé un syndrome inflammatoire multi-systémique pédiatrique (PIMS) à la suite d'une infection par le SARS-CoV-2, pour lesquels la vaccination n'est pas recommandée.

Jusqu'ici, les jeunes de 16 et 17 ans pouvaient être vaccinés dans deux cas de figure: s'ils souffraient d'une pathologie à très haut risque de forme grave de Covid-19 ou s'il s'agissait de proches de personnes immunodéprimées.

Lire aussi: Le Covid-19 a déjà fait plus de morts en 2021 qu'en 2020


■ Pour la rencontre Hongrie-Portugal, un premier stade européen plein depuis 15 mois

L'Arena de Budapest sera la première, après des mois de pandémie, à accueillir un match à jauge pleine, Hongrie-Portugal, mardi pour l'Euro (18h00). L'UEFA confirme qu'il s'agit du premier match international à 100% de public en Europe depuis mars 2020, rencontres de clubs et sélections confondues.

L'attente est palpable à Budapest, les fans de foot se sont rué sur les derniers billets disponibles, vendus en deux heures sur le site de l'UEFA au mois d'avril, après la frustration du huis clos lié au Covid. L'enthousiasme n'est pas entamé par les restrictions sanitaires: la fédération hongroise de football (MLSZ) exige de montrer patte blanche à l'entrée des tribunes avec un test PCR négatif pour les étrangers et une preuve de vaccination pour les Hongrois.

Mais la perspective de tribunes combles, à la différence des autres villes hôtes de l'Euro qui ont fait le choix de limiter le nombre de spectateurs, suscite aussi des critiques, car avec 310 décès pour 100 000 habitants, ce pays d'Europe centrale compte parmi les plus durement touchés au monde.

Lire l'interview: Denis Zakaria: «Nous pouvons prendre les 3 points contre l'Italie»


■ Les transports publics de nuit reprendront leur activité en juillet

Les réseaux de transport de nuit reprendront leur activité durant le premier week-end de juillet. Les passagers pourront ainsi bénéficier à nouveau d'une offre qui avait dû être réduite en raison de la pandémie de coronavirus, a indiqué lundi le Conseil fédéral. Les trains et bus de nuit avaient été suspendus en novembre dernier, à la suite de la décision du Conseil fédéral ordonnant la fermeture des établissements à 23h00. Les CFF, CarPostal, l'Office fédéral des transports (OFT) et les cantons se sont mis d'accord sur une procédure coordonnée.

Le matériel roulant ferroviaire et routier est prêt et il y a suffisamment de conducteurs à disposition, a précisé le gouvernement, en réponse à une question de la conseillère nationale Florence Brenzikofer (Verts/BL). Des solutions ont pu être trouvées ces derniers mois pour pallier au manque de conducteurs de locomotive aux CFF. Une détente est perceptible en Suisse alémanique, alors que la situation restera tendue en Suisse romande jusqu'à l'automne. Le Tessin ne connaît quant à lui aucune pénurie de conducteurs de trains.


■ Le canton de Berne teste l'envoi d'un certificat covid au format papier

Le canton de Berne va tester l'établissement et l'envoi de certificats Covid imprimés. Lors de cet essai, quelques centaines de personnes entièrement vaccinées recevront dans un ou deux jours par la poste un certificat authentique et valable. L'envoi d'un certificat papier est prévu pour les personnes qui s'étaient inscrites à la vaccination par téléphone et qui ne peuvent donc pas être jointes par voie électronique, a précisé lundi la Direction de la santé, des affaires sociales et de l'intégration.

Dans le canton de Berne, 51% des personnes qui souhaitent se faire vacciner ont reçu au moins une dose à ce jour. Au total, 35% d'entre elles ont reçu deux doses. Le canton de Berne a déjà établi 250 000 certificats Covid pour les personnes entièrement vaccinées.


■ L'Inde allège les restrictions sanitaires

Le Taj Mahal, la plus grande attraction touristique d'Inde, va rouvrir ses portes cette semaine, a annoncé lundi le gouvernement, deux mois après sa fermeture à cause d'une flambée meurtrière de contaminations au Covid-19 dans le pays.

Le nombre de contaminations et de décès liés au coronavirus dans la nation de 1,3 milliard de personnes ont atteint des records en avril et en mai, poussant les autorités à imposer des confinements et d'autres restrictions pour freiner la dissémination de la maladie. Elles ont néanmoins baissé ces dernières semaines. Les grandes villes, dont la capitale New Delhi et le centre financier de Bombay, ont commencé à lever les restrictions de déplacement et d'activités.


■ Le sénateur Peter Hegglin a été hospitalisé en raison du Covid-19

Le conseiller aux Etats Peter Hegglin (Centre/ZG) a dû être hospitalisé en raison du coronavirus, a annoncé lundi le président de la Chambre des cantons Alex Kuprecht (UDC/SZ). Le sénateur ne pourra pas suivre les débats cette semaine. «Cela montre que l'histoire n'est pas encore terminée», a déclaré le président à l'ouverture de la troisième semaine de débat au Conseil des Etats. Le Schwytzois a exhorté les membres du conseil à continuer à se faire tester régulièrement.

Depuis la session de printemps, les parlementaires peuvent se faire tester, sur une base volontaire, deux fois par semaine. Cette possibilité est toujours d'actualité pour la session d'été. Le port du masque est obligatoire au sein du Parlement depuis octobre 2020. Depuis cette session, les parlementaires peuvent toutefois se passer d'un masque lorsqu'ils sont assis à leur place protégée par des séparations vitrées.


■ L'allaitement est recommandé même en cas de covid

Le lait de mères infectées par le Covid-19 ne contient pas de traces du virus, en revanche il est vecteur d'anticorps, selon une étude menée par la recherche publique espagnole, qui recommande donc l'allaitement même en cas de contamination.

Cette étude a aussi analysé la présence d'anticorps dans le lait maternel de 75 femmes vaccinées avec les sérums de Pfizer, Moderna et AstraZeneca et montré que tous les échantillons contenaient des anticorps à des niveaux variant selon les vaccins, ajoute le communiqué. L'étude a également montré que le lait de femmes ayant reçu une dose de vaccin après avoir contracté le virus et celui de femmes ayant reçu les deux doses d'un vaccin sans avoir jamais attrapé le Covid contenaient le même niveau d'anticorps.


■ «Les promesses du G7 ne sont pas suffisantes», critique l'OMS

Les pays les plus riches du monde ont promis de partager un milliard de doses de vaccins anti-covid avec les pays défavorisés, mais ce geste laisse sur leur faim l'OMS, ses partenaires et les ONG, pour lesquels c'est trop peu, trop tard.

«Nous saluons les annonces généreuses de dons de vaccins et remercions les dirigeants. Mais il nous en faut plus, et plus vite», a martelé le directeur général de l'OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus. «Pour véritablement mettre fin à la pandémie, notre objectif doit être de vacciner au moins 70% de la population mondiale d'ici à ce que le G7 se réunisse à nouveau en Allemagne l'année prochaine. Cet objectif peut être atteint avec le soutien du G7 et du G20, ensemble. Pour y parvenir, nous avons besoin de 11 milliards de doses», a souligné de son côté Carl Bildt, envoyé spécial de l'OMS.

Le partage des doses n'est toutefois que l'un des axes du plan du bataille sanitaire du G7. Le document final du Sommet comprend une série d'engagements pour empêcher une nouvelle pandémie. Il s'agira de réduire le délai pour développer des vaccins, des traitements et des diagnostics, avec l'espoir que le monde soit prêt en moins de 100 jours pour faire face à une maladie soudaine. L'autre volet portera sur un renforcement de la surveillance sanitaire et la mise en place d'une réforme de l'OMS afin qu'elle soit plus puissante.

Lire aussi: L’aéroport de Genève attend les grands de ce monde avec armes et bagages


■ En Suisse, 684 tests positifs en 72 heures

La Suisse compte lundi 684 cas supplémentaires de coronavirus en 72 heures, selon les chiffres de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP). On déplore trois décès supplémentaires et 19 malades ont été hospitalisés.

Durant les dernières 72 heures, les résultats de 54 181 tests ont été transmis, indique l'OFSP. Le taux de positivité s'élève à 1,26%.

Sur les quatorze derniers jours:

  • Le nombre total d'infections est de 5784, soit 66,91 nouvelles infections pour 100'000 habitants.
  • Le taux de reproduction, qui a un délai d'une dizaine de jours, est lui de 0,65.
  • Les patients Covid-19 occupent 115,07 des places disponibles en soins intensifs, dont le taux d'occupation est de 10,40%.

S'agissant des vaccins:

  • 5 810 914 doses de vaccin ont été administrées
  • 2 221 755 personnes ont déjà reçu deux doses.
  • La Suisse a reçu jusqu'à présent 6 161 025 doses de vaccins

Quant aux variants du coronavirus:

  • 18 062 cas ont été attribués au variant britannique (B.1.1.7)
  • 249 au variant sud-africain (B.1.351)
  • 20 au variant brésilien (P.1)

■ Novavax revendique une efficacité de 90% pour son vaccin

Novavax a affirmé lundi que son vaccin anti-covid était efficace à plus de 90%, y compris contre les variants, après une étude réalisée sur près de 30 000 personnes aux Etats-Unis et au Mexique. Le vaccin «a montré une protection de 100% contre les formes modérées et sévères de la maladie et de 90,4% globalement», a indiqué l'entreprise de biotechnologie américaine dans un communiqué, précisant qu'elle comptait demander une autorisation officielle de mise sur le marché d'ici la fin du troisième trimestre 2021.

Le vaccin de Novavax – NVX-CoV2373 dans la terminologie officielle – utilise une technologie différente de celles employées pour les vaccins déjà largement autorisés dans le monde: c'est un vaccin dit «sous-unitaire», à base de protéines qui déclenchent une réponse immunitaire, sans virus. Contrairement à d'autres vaccins, il n'a pas besoin d'être conservé à des températures très froides, mais seulement entre 2 et 8°C, ce qui pourrait permettre de le transporter et de l'administrer plus facilement dans les pays aux infrastructures sanitaires les moins développées.


■ Acquisition de vaccins: le Venezuela s'indigne du blocage de transactions par UBS

Visées par des sanctions internationales depuis 2017, les autorités vénézuéliennes dénoncent les conséquences de leur exclusion du système bancaire sur l'achat de vaccins contre le coronavirus. Le ministre des Relations extérieures Jorge Arreaza s'est notamment insurgé sur Twitter du blocage par UBS du transfert de plus de 10 millions de dollars au programme Covax.

Dans le cadre d'une conférence, la vice-présidente vénézuélienne Delcy Rodriguez a elle aussi dénoncé la mise au ban du pays du système financier international, soulignant le défi qu'a représenté pour le Venezuela l'accès au programme Covax.

Sollicitée lundi par AWP, la direction d'UBS n'a pas souhaité s'exprimer concernant une relation client. Une source proche des milieux bancaires a cependant indiqué sous couvert d'anonymat que le blocage des fonds ne serait pas dû à des velléités politiques mais au non-respect par Caracas de certains impératifs de conformité bancaire, et que rien ne s'opposerait à un transfert une fois ces dispositions respectées.


■ Les recrues pourront se faire vacciner par le personnel de l'armée

L'armée suisse va proposer le vaccin à tous les soldats débutant leur école de recrues cet été. La première dose sera injectée lors de la deuxième semaine de l'école de recrues, c'est-à-dire à partir du 12 juillet, a indiqué lundi le porte-parole de l'armée Stefan Hofer à Keystone-ATS. Les soldats volontaires recevront leur deuxième dose au cours de la sixième semaine. Les vaccinations seront effectuées par le personnel du service médical de l'armée, a précisé Stefan Hofer, confirmant des informations parues dans le quotidien 20 Minutes.

Les soldats ne désirant pas se faire vacciner devront se soumettre à des tests hebdomadaires et se mettre en quarantaine en cas de contact étroit avec une personne infectée par le Covid-19.


■ Saint-Pétersbourg donne un nouveau tour de vis sanitaire en plein Euro

Les mesures anti-covid vont être renforcées à Saint-Pétersbourg, l'une des 11 villes-hôtes de l'Euro de football, pour tenter d'enrayer un rebond des contaminations, ont annoncé lundi les autorités de la deuxième ville russe.

A partir de jeudi, plus aucune nourriture ne sera vendue dans les fan-zones de l'Euro-2020, les espaces de restauration et les aires de jeux pour enfants seront fermés dans les centres commerciaux, la jauge sera diminuée dans les cinémas et les restaurants devront également fermer entre 02h00 et 06h00 du matin, précisent dans un communiqué les autorités de Saint-Pétersbourg. «Les personnes participant à des événements publics, y compris ceux en plein air, auront l'obligation de porter des masques», ajoutent-elles.

Les contaminations sont reparties à la hausse en Russie, qui a enregistré dimanche 14.723 nouveaux cas de coronavirus, dont 7704 cas à Moscou, de loin le pire foyer de l'épidémie dans le pays devant Saint-Pétersbourg, qui doit au total accueillir sept matches de l'Euro, dont un quart de finale.


■ En Suisse, la parahôtellerie a limité ses pertes en 2020

La parahôtellerie – soit les campings, gîtes ruraux, chambres d'hôtes et autres résidences hôtelières – a enregistré un recul de 11,3% en 2020, avec 14,8 millions de nuitées au total, en comparaison avec 2019. Si la demande en provenance de la Suisse a légèrement progressé, grâce à un bond dans les terrains de camping, celle des touristes de l'étranger a plongé, indique lundi l'Office fédéral de la statistique (OFS).

La Région lémanique est clairement celle qui a affiché les meilleurs résultats: parmi les sept grandes régions du pays, elle s'est classée en première position au niveau de la demande en logements de vacances, avec 2,8 millions de nuitées et en seconde position derrière l'Espace Mittelland pour les terrains de camping, avec 967 000 nuitées.

Lire également: Pour Joe Biden et Vladimir Poutine, l’hôtellerie genevoise sort de sa torpeur

Malgré les mesures imposées par Berne pour endiguer la pandémie, les nuitées en camping ont progressé de 11,1% dans la période sous revue. Ce sont surtout les bons chiffres de juillet à octobre, où les nuitées en plein air se sont envolées de 33,1%, qui expliquent cette embellie.


■ Possible nouveau délai de déconfinement au Royaume-Uni

Le Premier ministre britannique Boris Johnson s'apprête à repousser la levée des dernières restrictions liées à la pandémie en Angleterre sur les conseils de scientifiques inquiets de la poussée du variant Delta, selon les médias britanniques. Il doit annoncer lors d'une conférence de presse lundi soir si la dernière étape du déconfinement, qui prévoit entre autres la réouverture des discothèques et l'autorisation pour les salles de spectacles d'opérer à pleine capacité, se déroulera comme prévu le 21 juin ou sera reportée.

Selon la BBC, la levée des dernières restrictions sera repoussée de quatre semaines, jusqu'au 19 juillet, un report qui serait soumis au vote des députés. Un nouveau délai provoquerait la furie d'une partie du camp conservateur et constituerait aussi un énorme revers pour de nombreuses entreprises.

Samedi, Boris Johnson a averti que la propagation au Royaume Uni du variant Delta était «très préoccupante» et répété qu'en matière de déconfinement, il voulait adopter une approche prudente et «irréversible». Repousser la levée des dernières restrictions permettrait de gagner du temps en vaccinant davantage de personnes et protégeant ainsi une plus grande partie de la population du virus.


■ Après le Danemark, l'Allemagne pourrait lever l'obligation de port du masque

L'Allemagne s'oriente vers une levée progressive de l'obligation de porter un masque grâce à une forte accalmie des infections au Covid-19 dans le pays, a indiqué lundi le ministre allemand de la Santé.

En Allemagne, le port du masque est imposé dans les lieux publics clos, les transports publics, les commerces et certaines rues très fréquentées. Mais le pays, comme la plupart de ses voisins européens, connait depuis plusieurs semaines une forte baisse des infections au nouveau coronavirus, permettant un desserrement des restrictions. Et la campagne de vaccination s'est accélérée: près d'un Allemand sur deux (48,1%) a déjà reçu au moins une dose, tandis que 25,7% de la population est complètement immunisée.


■ Vaccination obligatoire: la justice américaine rejette la plainte du personnel d'un hôpital texan

Une juge américaine a rejeté l'action en justice de plus de 100 employés de l'un des plus grands hôpitaux du Texas, qui contestaient l'obligation de se faire vacciner contre le Covid-19. L'hôpital avait fixé come date limite le 7 juin pour que les travailleurs attestent de leur vaccination, avec au moins une première dose. Une note interne précisait que les récalcitrants seraient suspendus deux semaines sans solde, puis renvoyés.

Une étude de décembre 2020 menée aux Etats-Unis par la Kaiser Family Foundation auprès de 1676 adultes indiquait que 29% des personnes travaillant dans le secteur médical ne souhaitaient pas ou probablement pas se faire vacciner.