Dans la tragédie que traverse l’Ukraine depuis l’invasion russe commencée le 24 février, tous les regards se portent désormais sur la ville du sud-est du pays, Marioupol. Est-elle tombée et sous contrôle russe ou résiste-t-elle encore? Les informations en provenance de ce port stratégique, au bord de la mer d’Azov, demeurent difficiles à vérifier. Mais le dernier message sur Facebook, lundi, de la 36e brigade navale ukrainienne laissait peu d’espoir: «Nous sommes à court de munitions». Ces hommes ont dit s’attendre à être tués ou faits prisonniers très prochainement.