France

Derrière le renouvellement vanté par Emmanuel Macron, le poids des technocrates

L’arrivée des nouveaux venus «d’En marche!» issus de la société civile cache mal une autre réalité du «macronisme»: le pouvoir donné aux experts et aux énarques

C’est l’autre réalité du quinquennat Macron qui s’annonce. Celle que les communicants du nouveau président Français préfèrent taire. Et celle que les 511 candidats pour l’heure investis par «La République en marche» pour les législatives (sur 577 sièges à pourvoir), n’ont peut-être pas encore comprise. «Il y a deux visages du Macronisme, explique un haut fonctionnaire vétéran de plusieurs cabinets ministériels sous François Hollande. Le premier visage est celui du renouvellement, surtout générationnel et entrepreneurial. Le second est celui de l’énarchie ultraclassique. Chaque ministre fraîchement débarqué en politique sera flanqué d’un commando d’énarques chargés de tout verrouiller pour aller au plus vite».

Lire aussi: Alexis Kohler, secrétaire général de l’Elysée de retour de Suisse

Les diplômés de l’Ecole Nationale d’administration, surtout s’ils sortent comme Emmanuel Macron dans la «botte» (les quinze premières places) sont en France l’épine dorsale de la haute administration. Mais ils sont aussi, en fonction de leurs rangs de sortie, de leur promotion, de leurs réseaux, des rouages essentiels du pouvoir sur lesquels butent souvent les élus issus de la base.

Les technocrates sociaux-libéraux

Emmanuel Macron va-t-il aussi donner un coup de pied dans cette fourmilière-là? Très peu probable. L’homme sait qu’il a, parmi cette caste dont il est issu, une légitimité sans faille. L’un de ses parrains politiques, le secrétaire général sortant de l’Elysée Jean-Pierre Jouyet, mène depuis des années le combat pour un gouvernement d’experts et de technocrates avec son association sociale-démocrate «Les Gracques».

Lire aussi: Le style Macron, pour réformer la France

L’eurodéputée Sylvie Goulard, l’une des proches du nouveau président donnée comme possible ministrable, a beaucoup travaillé avec Mario Monti qui entama de la fin 2011 à avril 2013, des réformes profondes en Italie en s’appuyant sur un gouvernement «d’experts». «Macron, comme son premier ministre Edouard Philippe, croit au lien direct entre la haute administration et les entrepreneurs pour faire bouger le pays», poursuit l’ancien conseiller ministériel.

Le précédent de Gaulle

Cette démarche a un précédent en France: celui de Charles de Gaulle qui, de retour au pouvoir à partir de 1958, appuya son action de remise en ordre économique du pays sur le fameux comité d’experts Pinay-Rueff, avec la création du «nouveau franc». Condition sine qua non: une assemblée nationale obéissante. Ce qui sera le cas si une majorité pro-Macron stable émerge des urnes: «Le principal message du «chef» lors de notre première formation, samedi à Paris, a été simple, résume un candidat: si nous sommes élus, nous devrons être disciplinés.» (R. W.)

Dossier
La France en campagne

Publicité