Le désarmement est dans les gènes de Genève depuis au moins un siècle. Il y a tout d’abord la Société des Nations qui abrite sa section, modeste, du désarmement. Dans le cadre de la SdN sera négocié au bout du Léman en 1925 le Protocole de Genève concernant la prohibition d’armes chimiques et biologiques interdisant leur utilisation en cas de guerre. Puis, en 1932 s’ouvre la Conférence du désarmement de la SdN qui s’installe dans un pavillon adossé au Palais Wilson. Avec le retrait de l’Allemagne nazie en 1933, elle est déjà morte, disparaissant formellement en 1937.

Lire aussi: Le blues de la Conférence du désarmement