Pendant que Donald Trump s'envolait vers la Floride vendredi, pour passer le weekend dans sa résidence de Mar-a-Lago, le Sénat a procédé à un vote crucial, dans un climat tendu et ultrapolarisé. C'est finalement par 51 voix contre 49 qu'il a décidé de ne pas auditionner de nouveaux témoins dans le cadre du procès en destitution du président. Seuls les républicains Mitt Romney et Susan Collins ont voté avec les démocrates. L'acquittement de Donald Trump, accusé d'«abus de pouvoir» et d'«entrave à la bonne marche du Congrès», sera officiellement prononcé la semaine prochaine. 

«Un procès truqué»

Le verdict ne fait pas l'ombre d'un doute. Car il faudrait que 20 sénateurs républicains s'érigent contre Donald Trump pour qu'il soit destitué. En revanche, les démocrates se sont démenés pour tenter d'imposer l'audition de témoins, alors que le procès mené au pas de charge est visionné par des millions d'Américains. Ils dénoncent désormais un «simulacre» de procès. «Si mes collègues républicains refusent de considérer des témoins et des documents, l'acquittement du président ne voudra rien dire parce qu'il sera le résultat d'un procès truqué», avait averti, quelques heures plus tôt, Chuck Schumer, le chef de la minorité démocrate au Sénat. En ajoutant: «Ce pays se dirige vers la plus grande opération de dissimulation depuis le Watergate».

Quatre sénateurs républicains auraient suffi pour faire pencher la balance en faveur de la motion des démocrates. Ils n'ont été que deux à oser le faire, malgré les pressions de leur parti. Jeudi soir, l'annonce du sénateur républicain Lamar Alexander qu'il resterait fidèle à son parti avait déjà définitivement douché les espoirs des démocrates. «On n'a pas besoin de preuves supplémentaires pour établir ce qui a déjà été prouvé, mais qui n'est pas passible de destitution au regard de la Constitution», s'est-il justifié, après avoir hésité. Vendredi, Chuck Schumer n'a pas caché sa tristesse après le vote. «C'est une grande tragédie. Les Américains se souviendront de ce jour (...) où le Sénat s'est détourné de la vérité», a-t-il déploré. 

John Bolton, le conseiller à la sécurité nationale limogé par Donald Trump, ne sera donc pas auditionné. Certaines de ses révélations, contenues dans un livre à paraître, ont fuité et contribuent à renforcer la nervosité à la Maison-Blanche, qui cherche désormais à empêcher sa publication dans sa version actuelle. John Bolton affirme notamment que Donald Trump a bien conditionné l'octroi d'une aide militaire de près de 400 millions de dollars à Kiev à l'ouverture d'une enquête sur les Biden. Le démocrate Joe Biden est depuis des semaines en tête des sondages des papables à la Maison-Blanche.

Calendrier chargé

Le président en voie d'être acquitté, la question désormais est de savoir si les accusations portées contre lui dans l'affaire ukrainienne et la tenue du procès fortement médiatisé affaibliront néanmoins ses chances d'être réélu. Le procès devrait se conclure «dans les prochains jours», selon les précisions de Mitch McConnell, le chef de la majorité républicaine au Sénat. Or le calendrier sera chargé. Lundi, les résultats du caucus de l'Iowa, premier Etat à ouvrir le bal des primaires, seront très scrutés. Et mardi soir, à 21 heures heure de Washington, Donald Trump prononcera son très attendu discours annuel sur l'état de l'Union. Pourra-t-il le faire en surfant sur son acquittement? Probablement pas. Le verdict pourrait être prononcé mercredi, laissent entendre des sénateurs républicains. 

En attendant, alors que quatre sénateurs démocrates candidats à la présidentielle ont dû réaménager leur campagne dans l'Iowa à cause du procès à Washington, Donald Trump met les bouchées doubles. Dimanche, il sera sur Fox News avant le très regardé Super Bowl, la finale du championnat de football américain. Son clip de campagne sera d'ailleurs diffusé pendant l'événement, tout comme celui de son rival, Mike Bloomberg. Chacun a déboursé 10 millions de dollars pour l'occasion. Le moment est bien choisi: près de 100 millions de téléspectateurs regardent le Super Bowl. 

Lire aussi, notre reportage dans l'Iowa: Il était une fois dans l'Iowa