montagne 

Deux alpinistes portés disparus sur «la montagne tueuse» 

Depuis dimanche, les deux alpinistes Daniele Nardi et Tom Ballard sont introuvables. Les recherches par hélicoptère entamées jeudi n’ont, pour l’heure, pas permis de les localiser

Retardé vingt-quatre heures en raison de la fermeture de l'espace aérien pakistanais, un hélicoptère a pu décoller jeudi pour tenter de retrouver les deux alpinistes, italien et britannique, portés disparus pendant une ascension dans l'Himalaya. Malgré plusieurs vols de reconnaissance, les deux hommes restent introuvables. 

Daniele Nardi, 42 ans, et Tom Ballard, 30 ans, n'ont plus donné signe de vie depuis dimanche, alors qu'ils avaient entrepris une ascension hivernale du Nanga Parbat, dans l'ouest de l'Himalaya, un sommet pakistanais surnommé «la montagne tueuse».

Hélicoptère bloqué par les heurts entre Inde et Pakistan

Un hélicoptère était prêt à partir à leur recherche mercredi matin, avec à son bord Ali Sadpara, un alpiniste pakistanais qui a conquis le Nanga Parbat en hiver il y a deux ans, mais il a été bloqué par la fermeture de l'espace aérien en raison des tensions avec l'Inde.

Grâce à l'intervention des ambassadeurs d'Italie et du Royaume-Uni à Islamabad, une autorisation de vol exceptionnelle a été accordée. «La tente du camp 3 a été repérée depuis un hélicoptère, ensevelie sous la neige. On peut voir des traces d'avalanche», a rapporté jeudi l'équipe de Daniele Nardi sur la page Facebook de l'alpiniste italien.

Lire également: Sauvetage en direct dans l’Himalaya

En accord avec les ambassades et l'aviation pakistanaise, deux hélicoptères doivent décoller vendredi matin pour aller chercher sur le camp de base du K2 quatre alpinistes russes déjà acclimatés à l'altitude et qui ont proposé leur aide. Ils seront déposés le plus près possible du camp 3 du Nanga Parbat afin de poursuivre les recherches au sol, a ajouté l'équipe en fin d'après-midi.

Une voie «très très difficile»

Chris Bonington, un alpiniste ami de la famille de Tom Ballard, a expliqué à la BBC que les deux hommes tentaient «une voie très très difficile, par la façade de Mummery, la voie la plus directe». «Et ils tentaient de le faire en hiver, qui est de loin la période la plus dure. Ils ont sûrement eu du mauvais temps tout du long, beaucoup de neige et des températures très basses», a-t-il ajouté.

«Quand les communications ont été interrompues, ils étaient apparemment juste au-dessus des 6 000 mètres d'altitude», où la température était probablement de -40°C, ce qui a pu décharger les batteries, a ajouté Chris Bonington. «Il y a encore de l'espoir qu'ils soient en vie, et qu'ils soient en bonne santé, mais dans des conditions très dangereuses», a-t-il précisé.

Selon lui, Tom Ballard est «un grimpeur de l'extrême» qui a hérité de la passion de sa mère, Alison Hargreaves, la première femme à gravir l'Everest en solitaire et sans oxygène en 1995, morte quelques mois plus tard dans une tempête sur le K2.

Publicité