Espionnage

Deux anciens employés de Twitter accusés d'avoir fourni des données à Riyad

Deux anciens employés du réseau social et un Saoudien sont inculpés par la justice américaine pour avoir fourni à Riyad des informations sur des utilisateurs du réseau social critiques envers la famille royale saoudienne

Deux anciens employés de Twitter et un Saoudien ont été inculpés aux Etats-Unis pour avoir fourni à Riyad des informations sur des utilisateurs du réseau social critiques envers la famille royale saoudienne, a annoncé mercredi la justice américaine.

«Ces agents saoudiens ont fouillé dans les systèmes internes de Twitter pour obtenir des informations personnelles sur des opposants au régime saoudien et des milliers d'autres utilisateurs» du réseau social, a déclaré dans un communiqué David Anderson, procureur fédéral en Californie.

Lire aussi l'éditorial: L'Arabie saoudite, colosse aux pieds d'argile

Deux anciens employés du géant californien, âgés de 35 et 41 ans, sont accusés d'avoir entre la fin de 2014 et le printemps de 2015 utilisé leur accès privilégié au réseau pour se procurer des données confidentielles liées à des comptes Twitter au profit de l'Arabie saoudite, selon l'acte d'accusation. Ils ont notamment transmis les adresses email ou IP, les numéros de téléphone et les dates de naissance des utilisateurs de ces comptes, en échange de cadeaux et d'argent liquide, d'après ce document.

Un suspect arrêté, les deux autres seraient en Arabie saoudite

Le troisième suspect est accusé d'avoir servi d'intermédiaire entre les deux hommes et le gouvernement saoudien. Il est également soupçonné d'avoir aidé l'un des deux hommes à fuir les Etats-Unis après les premières questions formulées par la hiérarchie de Twitter. Tous deux sont probablement en Arabie Saoudite, a précisé le ministère américain de la Justice qui a émis un mandat d'arrêt à leur encontre.

L'autre employé, qui avait menti aux agents du FBI venus l'interroger en octobre 2018, a été arrêté mardi à Seattle, dans le nord-ouest des Etats-Unis.

Lire aussi: Publicité politique: Twitter prend les devants pour contrer Facebook

Publicité