Lee Hee-Ho, 89 ans, veuve de l’ancien président sud-coréen Kim Dae-Jung, et Hyun Jung-Eun, 56 ans, présidente du groupe Hyundai, se sont inclinées devant la dépouille de Kim Jong-Il au mémorial de Kumsusan. Ils ont présenté leurs condoléances à Kim Jong-Un, a précisé un porte-parole du ministère.

Il n’a pas donné de détails sur la rencontre, la première du nouveau dirigeant avec des délégués sud-coréens, ainsi qu’avec des étrangers, depuis que Kim Jong-Un a été proclamé «grand successeur» de son père défunt. «J’espère que notre visite au Nord aidera à améliorer les relations Sud-Nord», a déclaré Lee Hee-Ho avant de franchir la frontière, selon l’agence de presse sud-coréenne Yonhap.

Son mari décédé, Kim Dae-Jung, avait tenu avec Kim Jong-Il le premier sommet inter-coréen de l’histoire, en 2000. Le groupe Hyundai – un conglomérat industriel distinct du constructeur d’automobiles Hyundai Motor – a fait figure de pionnier dans la coopération économique entre le Sud capitaliste et le Nord communiste.

Les deux femmes dirigent les seules délégations sud-coréennes autorisées par Séoul à se rendre dans le Nord pour un dernier hommage à Kim Jong-Il. Elles doivent retourner dans le Sud mardi, avant les funérailles d’Etat prévues à Pyongyang mercredi, auxquelles aucun étranger ne pourra assister.

En temps normal, il est impossible pour les Sud-Coréens de se rendre dans le Nord, sauf autorisation exceptionnelle fournie par les autorités des deux pays. Kim Jong-Il est mort le 17 décembre d’une crise cardiaque, à l’âge de 69 ans.