A la fin de Devenir, les pages consacrées aux remerciements l’indiquent: de nombreuses fées – très spécialisées – se sont penchées sur ce livre. Avec une telle mobilisation, avec de tels investissements, il eût été bien triste de lire un récit insipide. De fait, il ne l’est pas, du moins jusqu’à ce que son héroïne ne s’installe à la Maison-Blanche.

Lire l'article lié:  Michelle Obama, l’effet rock star

Etre née femme et noire, avoir un père handicapé, être l’arrière-petite-fille d’un esclave, avoir vu les hommes de sa famille se voir refuser des emplois qualifiés parce qu’ils n’étaient pas de la bonne couleur, tout cela marque Michelle Robinson, petite fille de Chicago.

Changer tout

D’emblée, elle sent qu’un combat est à mener, dont le champ de bataille est l’école. Elle ne lâchera rien jusqu’à devenir une brillante avocate. Puis, et c’est peut-être le passage le plus intéressant, Michelle Robinson réalise, devenue jeune adulte, qu’elle a exécuté parfaitement le programme attendu, sans se poser de questions. Et ça ne lui plaît pas. Elle va alors tout remettre en jeu et changer d’orientation. C’est à ce moment-là qu’elle rencontre un certain Barack Obama…

Lire notre éditorial: Michelle Obama, une étoile noire

Une touche burlesque

Dès lors sa vie ne lui appartient plus entièrement. Si l’histoire d’amour, la maternité et le chemin vers Washington lui permettent encore d’exprimer son caractère et son humour, la période présidentielle est moins palpitante. Elle, si attachée à la liberté des femmes, se retrouve, comme tout son entourage, au service du président, ce «joyau précieux», ironise-t-elle. On finit par s’ennuyer un peu, avec elle, à la Maison-Blanche, quand on a visité les recoins, même si la présence étonnante de sa mère, la très pragmatique Marian, ajoute un grain de bon sens et de burlesque à la vie ouatée, minutée et sous haute surveillance des locataires de la Maison-Blanche.


Devenir
Michelle Obama
Traduit de l’américain par Odile Demange et Isabelle Taudière
Fayard, 450 p.


«Devenir» a déjà été réimprimé

Mesures exceptionnelles, traduction au cordeau, embargo, médias triés sur le volet: publier un livre comme Devenir ne s’improvise pas. Dès le début de la mise en vente, Hachette, qui opère notamment aux Etats-Unis, était sur les rangs pour décrocher les droits mondiaux des mémoires de Barack Obama et de ceux de son épouse, Michelle.

«Hachette n’a malheureusement pas eu les droits mondiaux, mais ça nous a donné un coup d’avance pour décrocher les droits en langue française», a expliqué sur Europe 1 le 13 novembre, date de la sortie mondiale du livre, Sophie de Closets, PDG de Fayard, maison d’édition propriété de Hachette, qui a traduit et commercialise le livre de Michelle Obama dans l’espace francophone.

Après Michelle, Barack

A Libération, Sophie de Closets a raconté sa brève rencontre avec le président américain en compagnie du PDG de Hachette: «J’ai demandé à Arnaud Nourry d’accompagner l’équipe le jour où il présentait le groupe à Barack Obama […] Elle, Michelle Obama, je ne l’ai pas encore rencontrée.» Au Monde, Sophie de Closets a confié: «J’ai parlé de la légitimité de Fayard, éditeur de Hillary Clinton, Kissinger et Mandela. Et le président a parlé de son futur livre…» On l’aura compris, après le livre de Michelle Obama, celui de Barack, dont la date de parution n’est pas encore annoncée, promet d’être un nouveau phénomène.

La maison Fayard a pris grand soin de Devenir. Deux traductrices, Odile Demange et Isabelle Taudière, ont travaillé durant l’été et au début de l’automne, dans un luxe de précautions inhabituel, note-t-on chez Fayard. A charge aussi pour la maison d’édition d’organiser la venue le 5 décembre au soir à Paris de Michelle Obama en personne. Une très rare apparition européenne, après Londres le 3 décembre. La seule dans l’espace francophone. Les billets se sont écoulés en moins de vingt-quatre heures. Pour Fayard, qui ne communique ni sur le montant des droits, ni sur les tirages – mais qui a déjà réimprimé Devenir –, le pari semble réussi: le livre est au sommet des ventes depuis sa sortie.