Le premier ministre israélien Benjamin Netanyahu s'est entretenu samedi par téléphone avec le président américain Joe Biden de la frappe israélienne qui a détruit à Gaza l'immeuble abritant les locaux de l'agence américaine Associated Press (AP), selon un communiqué de ses services.

Benjamin Netanyahu «a souligné lors de cette conversation qu'Israël faisait tout pour éviter de s'en prendre à des personnes non impliquées» dans le conflit, rapporte ce communiqué, insistant sur le fait que l'évacuation des personnes de l'immeuble, «où se trouvaient des cibles terroristes», avait été organisé en amont du raid.

Lire aussi: Au Proche-Orient, un retour sanglant du réel

La tour abrite aussi Al-Jazeera

«Nous avons dit directement aux Israéliens que garantir la sécurité des journalistes et des médias indépendants était une responsabilité d'une importance capitale», avait tweeté plus tôt Jen Psaki, la porte-parole de l'exécutif américain.

Des journalistes de l'AFP ont vu vers 15h locales la tour de 13 étages, qui abrite également les locaux de la chaîne de télévision qatarie Al-Jazeera, se faire pulvériser par plusieurs missiles.

Lire également: Frappes sur Gaza: «Ce n’est pas encore fini», prévient Benyamin Netanyahou

«Nous sommes choqués et horrifiés»

«Nous sommes choqués et horrifiés par le fait que l'armée israélienne vise et détruise l'immeuble abritant le bureau d'AP et d'autres médias à Gaza», a dit dans un communiqué le patron de l'agence Associated Press (AP), Gary Pruitt. «Ils connaissent depuis longtemps l'emplacement de notre bureau et savaient que des journalistes s'y trouvaient. Nous avons été avertis que l'immeuble serait frappé», a-t-il ajouté.

L'armée israélienne a affirmé que des équipements au «renseignement militaire» du Hamas, le mouvement islamiste au pouvoir dans l'enclave, se trouvaient dans l'immeuble visé.


Joe Biden a parlé à Mahmoud Abbas

Le président palestinien Mahmoud Abbas a reçu son premier appel téléphonique samedi de Joe Biden depuis son arrivée à la Maison Blanche, ont indiqué samedi soir ses services à Ramallah, en Cisjordanie occupée.

Le porte-parole de la présidence palestinienne, Nabil Abou Rudeinah, a indiqué que cet entretien avait été «important» sans toutefois épiloguer pour le moment sur le contenu précis de ces échanges.