Le Pentagone a ouvert une enquête criminelle contre Halliburton. La compagnie texane (en fait sa filiale Kellogg Brown & Root) est soupçonnée d'avoir surfacturé le pétrole qu'elle importait du Koweït en Irak à la demande du Corps des ingénieurs de l'armée. Les démocrates au Congrès avaient été les premiers à lancer cette accusation. L'entreprise rejette la faute sur un sous-traitant. KBR, qui est le fournisseur habituel des services d'intendance du Pentagone, est également soupçonné d'avoir fait payer trop cher les repas qu'il sert à la troupe. Naturellement, personne ne parlerait de ces affaires (200 millions de dollars en jeu) si le patron de Halliburton, entre 1995 et 2000, n'avait pas été Dick Cheney. Le vice-président représente désormais pour son ancienne compagnie un facteur de risque: elle le dit dans un récent document adressé à la Securities and Exchange Commission.