Etats-Unis

Le directeur de communication de Donald Trump claque la porte

Un signe que l’ambiance est très tendue à la Maison-Blanche, empêtrée dans l’affaire des ingérences russes dans l’élection présidentielle. Avec le départ de Mike Dubke, d’autres têtes pourraient tomber

Mike Dubke quitte la Maison-Blanche. Alors que des rumeurs de remaniements au sein de la garde rapprochée de Donald Trump courent, le directeur de communication a décidé de partir de lui-même, soulignent CNN et le Washington Post. C’est le site Axios qui a le premier donné l’information. Mike Dubke a proposé sa démission le 18 mai déjà, tout en offrant de rester en place jusqu’à ce que le président américain revienne de son premier périple à l’étranger. Il ne donne pas d’explications à son départ, mais invoque de «multiples raisons», dont des motifs personnels.

Lire aussi: Porte-parole de Donald Trump, un métier miné

Reste que l’ambiance à la Maison-Blanche est des plus tendues. Le porte-parole Sean Spicer serait également sur un siège éjectable. Empêtré dans l’affaire de l’ingérence russe dans la présidentielle américaine, Donald Trump serait insatisfait par son équipe de communication, alors que les fuites et les révélations se succèdent dans les médias à un rythme frénétique. Sa conseillère personnelle Kellyanne Conway semble également de plus en plus marginalisée. Elle est beaucoup moins présente dans les médias que depuis le début de son mandat.

Pour le président américain, l’objectif numéro 1 désormais est de mettre sur pied une cellule de crise dirigée par son gendre et conseiller Jared Kushner. Une «war room» qui a pour but de réagir, avec une armée d’avocats, aux accusations sur la nature des contacts entre son équipe et des Russes proches du Kremlin.

Lire aussi: Jared Kushner, le gendre de Trump au cœur des intrigues

Mike Dubke n’était pas le premier choix de Donald Trump. Son premier directeur de communication était Jason Miller, qui l’avait également aidé pendant sa campagne. Mais il a donné sa démission deux jours seulement après être entré en fonction. Rattrapé par des rumeurs concernant une liaison extraconjugale, il avait évoqué des raisons personnelles dont l’arrivée d’un deuxième enfant.

Le successeur de Mike Dubke, dont le nom n’est pas encore connu, arrivera en terrain miné. Car Donald Trump aime gérer sa communication lui-même, à travers ses tweets intempestifs et incontrôlables. Difficile du coup de s’imposer comme porte-parole, où le faux pas guette à chaque instant.

Publicité