Les dirigeants nord-irlandais ont unanimement condamné vendredi l’attentat «diabolique et lâche» commis la veille devant un poste de police à Newtownhamilton, dans le comté d’Armagh en Irlande du Nord, qui a fait deux blessés légers

«C’est une attaque diabolique et lâche menée par des gens qui n’ont rien d’autre à offrir que le meurtre et le chaos», a déclaré le Premier ministre Peter Robinson, chef du parti unioniste démocrate (DUP, protestant) qui partage le pouvoir, dans un gouvernement régional biconfessionnel, avec les catholiques du Sinn Féin.

Le vice-Premier ministre Martin McGuinness, membre du Sinn Féin, a affirmé que cet attentat qui survient deux semaines avant les élections législatives du 6 mai au Royaume-Uni, n’affecterait en rien le processus de paix. «Quiconque a mené (cette attaque) n’offre rien d’autre que la détresse, la division et la souffrance», a-t-il estimé. «Nous ne pouvons les autoriser à déterminer notre avenir. Cela ne rompra pas la volonté de la communauté».

La bombe, placée dans une voiture, a explosé vers dans la nuit de jeudi à vendredi, a indiqué la police qui a fait état de deux blessés légers, selon un nouveau bilan.

Le poste de police était inoccupé au moment de l’explosion, les policiers de permanence étant en mission. L’alerte a été donnée par des pompiers qui ont repéré le véhicule suspect après avoir entendu des coups de feu et ont eu le temps de commencer à faire évacuer la zone.

L’attentat n’a pas été immédiatement revendiqué mais les républicains dissidents, opposés au processus de paix en Irlande du Nord, ont été pointés du doigt pour plusieurs attaques ces derniers mois.