L'essentiel

Vendredi, le Conseil fédéral a annoncé de nouveaux relâchements. Le masque pourrait être abandonné en extérieur dès le 28 juin.

Retrouvez notre suivi de la journée de vendredi, et l'ensemble de nos suivis.


■ 400 personnes manifestent à Lucerne

Samedi après-midi, près de 400 personnes ont défilé, la plupart sans masque, dans la ville de Lucerne pour manifester contre les mesures liées au coronavirus. Un groupe de gauche avait appelé à une contre-manifestation.Les deux rassemblements n'étaient pas autorisés.

La police était sur place avec un important contingent. Elle s'attendait au rassemblement et s'était préparée en conséquence.


■ L'Italie restreint l’utilisation du vaccin AstraZeneca

L'Italie a annoncé samedi qu'elle restreignait l'usage du vaccin AstraZeneca aux plus de 60 ans. Les personnes plus jeunes ayant déjà reçu une injection de ce produit se verront proposer une deuxième dose de vaccin à ARNm.

En avril, l'Agence européenne des médicaments (EMA) avait établi un lien de cause à effet entre le vaccin AstraZeneca et de rares cas de caillots sanguins, tout en soulignant que les bénéfices du produit l'emportaient largement sur les risques.


■ Boris Johnson salue les intentions du G7

Le premier ministre britannique Boris Johnson a salué samedi comme un «moment historique» la déclaration proposée par le G7 afin de prévenir de futures pandémies, qui vise notamment à réduire le délai pour développer des vaccins et à réformer l'Organisation mondiale de la Santé (OMS).

«Avec cet accord, les principales démocraties dans le monde vont s'engager à empêcher une pandémie mondiale de se produire une nouvelle fois, pour que les ravages causés par le Covid-19 ne se répètent jamais», a déclaré sur son compte Twitter Boris Johnson.


■ Alerte au variant dit «indien» à Strasbourg

L'Agence régionale de Santé (ARS) du Grand-Est a annoncé samedi un «plan d'actions immédiat» après la détection d'un «cluster au variant Delta (dit indien)» au sein de la Haute-Ecole des Arts du Rhin à Strasbourg.

Quatre cas positifs sont «déjà identifiés» et 43 cas contacts sont «en cours d'investigation», précise l'ARS dans un communiqué. Des opérations de vaccination ciblées sont prévues au cours du week-end, ainsi qu'une «forte mobilisation des médiateurs de la lutte anti-covid». La préfecture a prononcé la fermeture de l'école.


■ 200 certificats Covid dans le canton de Berne

Quelque 238 000 certificats Covid ont déjà été établis dans le canton de Berne. Lancée jeudi dernier, la production pilote de certificats Covid concerne les personnes entièrement vaccinées. La production s’est achevée la nuit dernière, annonce samedi l'administration cantonale dans un communiqué. Jeudi, le canton avait annoncé que les essais pilotes s'étaient déroulés "avec succès".

Toutes les personnes entièrement vaccinées dans le canton de Berne et qui ont donné leur accord ont reçu par SMS un code d’accès pour recevoir leur certificat Covid. Les personnes qui se décident ultérieurement peuvent en faire la demande via le site Internet VacMe.


■ Une soirée dérape à Paris

La police est intervenue vendredi soir pour disperser des centaines de jeunes qui s'étaient rassemblés pour une fête sur l'esplanade des Invalides à Paris. Ils étaient souvent agglutinés et sans masques. Gaspard, 17 ans, a raconté à un journaliste de l'AFP sur place qu'il prenait un verre quand il a entendu parler d'une soirée Projet X, du nom du film américain centré sur une fête de jeunes qui tourne mal.


■ Les ONG augmentent la pression

A Carbis Bay, au Royaume-Uni, les chefs de gouvernement du G7 vont entrer dans le vif du sujet. Face à la multiplication des appels à la solidarité, les dirigeants vont promettre un milliard de doses pour éradiquer la pandémie en 2022, dont 500 millions des Etats-Unis et 100 millions venant des Britanniques.

C'est «trop lent», a déploré le Britannique David Nabarro, de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), sur Times Radio, faisant écho aux critiques exprimées par des ONG. Ces dernières réclament des actions plus fortes, comme la levée des brevets sur les vaccins pour permettre une production de masse.

«Il est dans l'intérêt de tout le monde d'être vacciné, le plus tôt sera le mieux», a abondé Antonio Guterres, secrétaire général de l'ONU, estimant que les vaccins doivent être considérés comme un «bien public mondial» et plaidant pour des capacités de production accrues.


■ Johnson & Johnson a quelques soucis

«Plusieurs lots» de vaccins contre le Covid-19 de Johnson & Johnson, fabriqués dans une usine de Baltimore dont la production avait dû être stoppée il y a plusieurs semaines, devront être jetés, ont annoncé vendredi les autorités sanitaires américaines. Selon le New York Times, cette décision concerne quelque 60 millions de doses.

Le Canada a de son côté annoncé qu'il renonçait à distribuer un lot de 300 000 doses de J&J reçu en début d'année en raison de «préoccupations» sur sa fabrication dans un laboratoire américain.


■ En Inde, un kit de test à domicile

Une start-up indienne Mylab Discovery Solutions vient de lancer un kit de test Covid à domicile, le premier du genre en Inde, et espère grâce à son dispositif peu coûteux contribuer au traçage du coronavirus parmi les quelque 1,3 milliard d'habitants du pays.

CoviSelf a été lancé au début du mois et est le premier kit de test à domicile approuvé en Inde. La start-up, qui produit aussi des tests PCR pour détecter les contaminations au VIH, estime qu'un accès étendu au CoviSelf, vendu 250 roupies (environ 3 CHF), pourrait réduire la pression sur des laboratoires débordés et améliorer le traçage des cas.

Le kit se compose d'un écouvillon nasal et d'un QR code qui permet de se connecter à une application mobile qui donne le résultat en 15 minutes et l'envoie au Conseil indien de la recherche médicale, l'agence scientifique qui oriente la politique gouvernementale.

Le kit n'étant toutefois accessible qu'aux utilisateurs de smartphones, son impact pourrait être limité en Inde en particulier si l'épidémie s'étend aux régions rurales, où les réseaux mobiles sont faibles et l'internet peu répandu.

L'Inde, rappelle l'agence AFP, sort progressivement d'une puissante seconde vague de l'épidémie qui a submergé les hôpitaux et les crématoriums, avec près de 30 millions de personnes contaminées et plus de 350 000 morts.