Ukraine

Ce que disent les accords de Minsk 

L'Ukraine et les Européens accusent la Russie d'armer et de soutenir militairement les combattants séparatistes

Les accords de Minsk, du nom de la capitale biélorusse où se réunissent les négociateurs, ont été signés en septembre 2014, puis complétés en janvier de cette année (Minsk 2) pour mettre un terme à l'escalade de la violence en Ukraine. Les parties liées par ces accords sont l'Ukraine, la Russie, l'OSCE et des représentants des républiques rebelles (DNR/LNR) qui se réunissent en groupe de travail. Sur le plan diplomatique, ce sont l'Ukraine, la Russie, l'Allemagne et la France (on parle du format Normandie) qui en sont les parrains.

Ces accords en treize points prévoient le retour de la pleine souveraineté de Kiev sur les territoires séparatistes de l'est (la Crimée n'est pas concernée). L'OSCE est chargée de la vérification de leur mise en application. Les points principaux stipulent un cessez-le-feu, suivi d'un retrait des armes lourdes et des combattants étrangers. L'Ukraine a dû réviser sa constitution (décentralisation). Des élections doivent ensuite se tenir sous l'égide de l'OSCE sur l'ensemble du territoire, suite à quoi Kiev pourra recouvrer le contrôle de ses frontières de l'est avec la Russie.

L'Ukraine et les Européens accusent la Russie d'armer et de soutenir militairement - y compris avec des milliers d'hommes - les combattants séparatistes. Moscou nie, parle de volontaires, et dénonce à son tour les combattants étrangers embrigadés dans les rangs ukrainiens. Les Européens ont voté des sanctions pour forcer la Russie à se désengager du conflit ukrainien.

Publicité