Alors que les courbes des sondages des deux finalistes à l’élection présidentielle française se rapprochaient depuis plusieurs semaines, provoquant une vraie prise de conscience dans le pays quant à une possible victoire finale de Marine Le Pen, le président sortant a su inverser la tendance depuis le début de l’entre-deux-tours en entamant une campagne intensive, lui qui avait été très discret avant le premier tour.

En rappelant les aspects extrémistes du programme de sa rivale, gommés par cette dernière depuis plusieurs années, Emmanuel Macron a réussi à provoquer ce réveil confirmé par les derniers sondages post-grand débat. Interdiction du voile, préférence nationale, proximité avec Vladimir Poutine, Europe… plus personne n’ignore les positions les plus clivantes de la candidate du Rassemblement national (RN).

Les centaines de sondages français que nous avons agrégés dans notre graphique montrent en effet que le président sortant a de fortes chances d’être réélu dimanche lors du second tour. Mais contrairement à 2017, il devrait faire face à un scrutin plus serré. Les dernières enquêtes, réalisées après le débat télévisé du 20 avril, confirment effectivement son avance.

Selon notre dernier pointage qui incorpore ces derniers chiffres, Emmanuel Macron comptabilise à l’heure actuelle 12 points d’avance avec une projection à 56%, alors que celle de la candidate du RN est estimée en moyenne à 44%. Dans les projections faites avant le premier tour, le président sortant était au coude-à-coude avec Marine Le Pen, comptant sur une avance inférieure à cinq points.

Lire aussi: Macron-Le Pen: un débat présidentiel entre deux France impossibles à réconcilier

C’est cependant toujours un scénario radicalement différent de celui du second tour de 2017 qui se dessine. En recueillant 66% des voix exprimées, Emmanuel Macron avait emporté une large victoire avec 32 points d’avance sur une Marine Le Pen à 34%.

Le Temps accorde une attention particulière aux élections françaises. Cet article vous est exceptionnellement offert mais pour recevoir en primeur tous nos articles sur ce sujet, découvrez notre offre d’abonnement spéciale.

En 2002, seule autre apparition de l’extrême droite au second tour, Jacques Chirac avait été réélu avec 82% des voix contre 18% pour Jean-Marie Le Pen, soit 720 319 petites voix de plus pour le candidat du Front national par rapport au premier tour où il avait fait 17%. En 2017, Marine Le Pen avait gagné 13 points entre les deux tours. Cette année, elle se dirige donc vers un gain de plus de 20 points, si on se fie aux sondages, puisqu'au premier tour, elle a réuni 23% des électeurs.

Reste à savoir si un tel résultat serait perçu comme un succès ou un échec, le président sortant ne perdant qu’une dizaine de points en cinq ans, un succès dans la France des colères. Une victoire de ce type, tout de même assez large, serait une première dans le pays pour en président qui a gouverné un mandat sans cohabitation. Elle confirmerait le début d’une dynamique lancée il y a deux semaines, qui pourrait l’aider à monter une majorité en vue des législatives.

Notre dossier: Une France qui se divise dans les urnes