Une embarcation transportant des dizaines de migrants a chaviré ce week-end au large de Malte. Leur sort suscite la vive inquiétude d'organisations internationales et d'ONG. 

L'agence européenne de contrôle des frontières Frontex «a repéré quatre bateaux pneumatiques», «l'un d'entre eux a chaviré et nous pensons qu'il a coulé avec des personnes à bord», a tweeté dimanche l'association Sea-Watch International. «L'Europe les a abandonnés: pour mourir à Pâques. Encore», a ajouté l'ONG, qui s'était inquiétée dès samedi du sort de 250 migrants embarqués sur quatre bateaux.

Dans un communiqué, l'ONG allemande United4Rescue a assuré que l'embarcation «désormais introuvable», «avait appelé à l'aide par téléphone». «Nous devons compter avec des dizaines de morts», a redouté son porte-parole Joachim Lenz.

Lire aussi l'opinion: La route migratoire du coronavirus

Difficile de confirmer la situation 

Dimanche soir cependant, Frontex a indiqué à l'Agence France-Presse (AFP) qu'un de ses avions «décollerait lundi matin pour rechercher» ce bateau. Frontex a précisé dans un communiqué qu'il s'agissait bien d'une des quatre embarcations qu'elle avait repérées durant le week-end pascal. L'agence a assuré avoir informé à leur sujet les autorités italiennes, maltaises, libyennes et tunisiennes.

«Nous sommes très inquiets. Il semble qu'au moins une embarcation se soit retournée et il n'y a plus de contacts avec une autre. Mais nous n'avons pas de confirmation de la part des autorités», a réagi Carlotta Sami, porte-parole en Italie du HCR. Selon elle, «la crise actuelle» du coronavirus «ne peut pas rendre moins impératif le secours aux naufragés».

Lire encore: Trouver des réponses politiques aux drames des réfugiés

De son côté, un porte-parole de l'OIM, Flavio Di Giacomo, a expliqué qu'«en l'absence d'embarcations présentes sur zone, il est très difficile pour le moment de confirmer qu'il y a bien eu naufrage et le nombre de victimes». Selon lui, «l'estimation du nombre de (migrants) morts en Méditerranée est malheureusement depuis toujours une estimation par défaut». «Du début de l'année au 8 avril, nous avons enregistré 140 morts en Méditerranée centrale, 241 sur toute la Méditerranée», a-t-il dit.

Dans l'attente d'action de la part de Malte et de l'Italie

Les autorités maltaises et les garde-côtes italiens n'ont pas réagi à ces informations. Les deux pays ont fermé leurs ports aux migrants, en pleine crise du coronavirus. Cette décision a été dénoncée par les associations.

Lire aussi: Les associations défendant les droits des migrants critiquent la fermeture des ports en Italie

Les autorités maltaises ont toutefois secouru vendredi un bateau avec 67 migrants, placés en quarantaine. Dimanche, une centaine de migrants ont débarqué à Pozzallo, à la pointe sud de la Sicile, selon les médias italiens.

Dans un contexte de crise sanitaire, le responsable de la protection civile italienne Angelo Borrelli a expliqué que des structures allaient être mises en place, «sur la terre ferme ou sur des bateaux" afin de les placer «en quarantaine». Une fois celle-ci terminée, «les migrants suivront les procédures habituelles», a-t-il ajouté.