La liste regroupant des dissidents des partis traditionnels kurdes affirme dimanche sur son site internet être arrivée en tête à Souleimaniyeh, la seconde ville du Kurdistan autonome lors des élections législatives.

«Nous avons gagné à Souleimaniyeh et dans plusieurs localités de cette province», a affirme sur son site www.sbeiy.com, la liste de «Goran» (Changement en kurde), emmenée par l’ancien numéro deux de l’Union patriotique du Kurdistan, Noucherwan Moustapha qui a fait de la lutte contre la corruption son cheval de bataille.

Par ailleurs, selon des représentants des partis politiques ayant participé au dépouillement, la liste commune «Kurdistania» des deux grands partis traditionnels l’UPK et du Parti démocratique du Kurdistan (PDK) arrive en tête dans les deux autres provinces d’Erbil et Dohouk.

La liste de Goran arriverait en deuxième position à Erbil, ont ajouté ces représentants.

Le taux de participation a atteint 78,5% dans la région autonome du Kurdistan irakien samedi aux élections législatives et présidentielle. Celles-ci ont été «transparentes», a annoncé la commission électorale irakienne citant des chiffres préliminaires.

«Les élections ont été un grand succès et se sont déroulées en toute transparence sans aucun problème majeur», a affirmé le président de la commission électorale kurde, Faraj al-Haidari, au cours d’une conférence de presse à Erbil (nord), la capitale du Kurdistan.

Il a toutefois fait état de «problèmes techniques mineurs», soulignant que des résultats préliminaires «seraient annoncés dans trois jours». Les bulletins de toute la région doivent être rassemblés à Erbil puis envoyés à Bagdad pour y être comptés par la commission électorale.

Environ 2,5 millions d’électeurs se sont rendus aux urnes pour choisir le président du Kurdistan, élu pour la première fois au suffrage universel, et les 111 députés de l’Assemblée.

L’actuel président kurde et chef de Parti démocratique du Kurdistan (PDK), Massoud Barzani, ainsi que quatre autres candidats sont en lice pour la présidentielle alors que 24 listes, dont celle commune du PDK et de l’Union patriotique du Kurdistan (UPK), concourent pour le scrutin législatif.

Les deux partis devraient sortir sans surprise gagnants des deux scrutins. Une coalition de quatre partis islamistes et d’extrême gauche ont également dénoncé des fraudes électorales commises selon eux par l’UPK et le PDK

La province autonome du Kurdistan irakien a massivement participé samedi à l’élection de son président et de son Parlement, au cours d’un scrutin qualifié de «transparent» par la commission électorale irakienne.