Dix guérilleros ont été tués par «la force aérienne colombienne» et trois autres blessés - capturés par les troupes au sol - mardi dans le bombardement par l'armée de l'un des principaux groupes dissidents de l'ex-rébellion des Forces armées révolutionnaires de Colombie (FARC), dans le sud-est de la Colombie, a-t-on annoncé de sources officielles.

Le ministre de la Défense, Diego Molano, a confirmé qu'au cours «d'une opération conjointe des forces militaires et policières 13 membres de la dissidence des FARC commandée par "Gentil Duarte" ont été neutralisés».

Lire aussi: En Colombie, la FARC devient le Parti des Communs

Des opérations dirigées contre Miguel Santillana Botache

L'opération a eu lieu mardi matin dans une zone rurale de la municipalité de Calamar, du département amazonien du Guaviare, l'une des zones de plus forte influence des dissidents, qui se sont marginalisés de l'accord de paix signé en 2016 par les FARC.

«Sans trêve contre les narco-criminels (...) responsables du recrutement de mineurs, d'attaques contre notre force publique, de séquestration et d'extraction minière illégale», a ajouté le ministre dans sa déclaration transmise aux médias.

Il a promis que les opérations militaires contre ce groupe ne cesseraient pas avant d'en avoir atteint «son chef, symbole du mal "Gentil Duarte"», de son vrai nom Miguel Santillana Botache, l'un des ex-commandants dissidents des FARC les plus recherchés de Colombie.

Quelque 2500 dissidents

Bien que la plupart des 13 000 membres de l'ex-guérilla marxiste, dont 7000 hommes et femmes combattants, aient déposé les armes, des factions «dissidentes» se sont marginalisées du processus de paix ces trois dernières années.

Lire encore: La justice de paix réclame la protection des anciens FARC

Ces groupes totalisent environ 2500 hommes sans commandement unifié. Financés par le narco-trafic et les mines clandestines, ils se sont renforcés dans des zones isolées du pays, comme le Guaviare, région de jungle et de plantations de coca, base de la cocaïne, selon le service de renseignement militaire.

Le gouvernement les accuse d'être responsables de plusieurs des plus de 250 assassinats d'ex-guérilleros des FARC, aujourd'hui transformées en parti politique légal.

Un commando d'élite de 7000 militaires destiné à les combattre

La Colombie est actuellement confrontée à la pire vague de violence qu'elle ait connue depuis leur désarmement, et dont les principales victimes sont d'anciens rebelles, des défenseurs des droits humains et des leaders communautaires. Les dissidents des FARC, ainsi que l'Armée de libération nationale (ELN), considérée comme la dernière guérilla active du pays, et des gangs d'origine paramilitaire se disputent le contrôle du trafic de drogue et de l'extraction minière illégale.

Le président Ivan Duque a annoncé vendredi dernier le déploiement d'un commando d'élite de 7000 militaires destiné à les combattre, mais qui n'a encore fait état d'aucune opération.

Début février, il avait réaffirmé que des rebelles de l'ELN «sont protégés au Venezuela», ce à quoi le président Nicolas Maduro avait riposté en promettant de «répondre avec force» à la création de ce commando si «Ivan Duque osait violer la souveraineté du Venezuela».