Dix-sept djihadistes de l’organisation Etat islamique (EI) se sont fait passer pour des réfugiés pour entrer en Europe mais la plupart sont depuis morts ou ont été emprisonnés, affirme samedi le patron du Renseignement allemand dans le quotidien Frankfurter Allgemeine Zeitung (FAZ).

Il existe «des indices tangibles» selon lesquels dix-sept personnes qui agissaient sous les ordres de l’EI ont voyagé en se faisant passer pour des réfugiés fuyant notamment les conflits en Syrie et en Irak, affirme Hans-Georg Maassen, président de l’Office de protection de la Constitution, cité indirectement par le journal. La plupart d’entre eux sont déjà morts, dont deux des kamikazes des attentats du 13 novembre en France, ou en prison, poursuit-il. «Il s’agit beaucoup plus de la part de l’EI d’une démonstration de force», selon lui, car l’organisation n’a pas besoin d’emprunter les routes migratoires pour pénétrer en Europe. «C’est un signal politique de force», affirme Hans-Georg Maassen qui réaffirme une nouvelle fois que l’Allemagne peut être la cible d’un attentat comme ceux qui ont frappé l’aéroport international d’Istanbul, ou plus tôt de Bruxelles ou de Paris.

Un million de réfugiés accueilli l’an dernier en Allemagne

L’Allemagne, qui a accueilli plus d’un million de réfugiés l’an dernier, s’est vivement inquiétée du fait que des djihadistes puissent profiter de l’immense flux humain faisant route vers l’UE pour entrer incognito dans l’espace européen. Deux des kamikazes du Stade de France, en banlieue parisienne, étaient ainsi passés par la Grèce en se faisant passer pour des demandeurs d’asile. Le Renseignement allemand se montre préoccupé par de possibles liens entre certains réfugiés et des milieux islamistes en Allemagne. Plus de 320 tentatives de contact entre des islamistes et des migrants ont été jusqu’ici enregistrées par ses services, dévoile-t-il. Des réfugiés ont également déjà fréquenté des mosquées où des prêches radicaux sont prononcés, conclut-il.