Jusqu’à 20.000 personnes selon la police, et 40’000 selon l’opposition, participaient samedi à Moscou à une manifestation d’une ampleur sans précédent pour contester la victoire aux législatives du parti de Vladimir Poutine.

Selon une source policière citée par l’agence officielle Itar-Tass, le nombre de manifestants avait atteint près de 20’000 peu avant 15h00 locales (12h00, heure suisse).

L’un des leaders du mouvement d’opposition Solidarnost, Ilia Ponomarev, a de son côté affirmé que 40’000 personnes se trouvaient déjà sur la place Bolotnaïa dans le centre de Moscou et que 10’000 personnes affluaient encore.

Le mouvement de mobilisation pour dénoncer les fraudes aux élections du 4 décembre, avec des manifestations dans de très nombreuses villes du pays, est sans précédent en Russie depuis l’arrivée au pouvoir de Vladimir Poutine en 2000.

Selon les résultats publiés aujourd’hui par le Journal officiel russe Rossiïskaïa Gazeta, qui ne diffèrent pratiquement pas des résultats préliminaires publiés lundi, avec 49,32% des voix, le parti du Premier ministre Vladimir Poutine disposera d’une majorité absolue de 238 mandats sur 450 à la Douma (chambre basse).

Les résultats offrent 92 sièges au Parti communiste (19,19% des voix), 64 au parti Russie juste (centre-gauche, 13,24%), et 56 au Parti libéral-démocrate (nationaliste, 11,67%). Le parti d’opposition libérale Iabloko, avec 3,43% des suffrages, n’est pas représenté à la Douma. La participation s’élève à 60,21%, selon ces résultats.

La mission d’observateurs de l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) avait déclaré à Moscou lundi avoir relevé des irrégularités fréquentes et de sérieuses indications de bourrage des urnes. Dans les dernières données publiées samedi sur son site internet, une ONG, L’Observateur citoyen (nabludatel.org) affirme que les résultats réels des législatives offrent environ 20 points de moins à Russie unie avec environ 30% des suffrages, et que la participation réelle est d’un peu plus de 50%.

Mobilisation des oppposants dans la rue et sur les réseaux sociaux

Ces élections ont suscité à Moscou et Saint-Pétersbourg cette semaine une mobilisation inédite de l’opposition qui en conteste les résultats, avec des manifestations de milliers de personnes dispersées sans ménagement par la police qui a interpellé quelque 1.600 personnes dans les deux villes. Nombre de manifestants, et plusieurs leaders de l’opposition ont été condamnés à des peines allant jusqu’à 15 jours de prison.

Vendredi soir, près de 35’000 personnes avaient annoncé leur intention de participer à ce rassemblement dans la capitale, de 11h00 à 15h00, selon la page Facebook «Manifestation pour des élections honnêtes».

Certains dirigeants de l’opposition envisagent de se rassembler sur la Place de la Révolution, à deux pas du Kremlin, et de défiler sur plus de deux kilomètres jusqu’à la Place des marécages.

Des manifestations sont également prévues dans plus d’une cinquantaine de villes, à Saint-Pétersbourg, dans l’Oural et en Sibérie, pour réclamer l’annulation de ce scrutin entaché de fraudes massives selon l’opposition et des ONG. Cette mobilisation est sans précédent depuis l’arrivée au pouvoir de Vladimir Poutine en 2000.

Les débordements seront réprimés

Le parquet de Moscou a mis en garde les organisateurs et participants contre tout débordement qui obligerait la police à «prendre les mesures nécessaires pour garantir le maintien de l’ordre». Les débordements seront réprimés «par tous les moyens légitimes», a averti le Premier ministre Vladimir Poutine.