L'essentiel

De grandes manifestations anti-confinement ont eu lieu à Sidney et Melbourne tandis qu'en France, des milliers de personnes sont à nouveau descendues dans la rue contre le pass sanitaire

L'Amérique latine a dépassé les 40 millions de cas de personnes infectées 

L'Espagne et l'Islande ont communiqué de nouvelles restrictions sanitaires. Le Vietnam a confiné sa capitale, Hanoï. 

Selon une étude, la crise du Covid mettrait à mal les amitiés

Retrouvez notre suivi de la journée de la journée du 23 juillet


■ Les Français-es dans la rue contre le pass sanitaire

Après une première mobilisation nationale le 17 juillet, des dizaines de manifestations ont eu lieu dans toute la France contre l'extension du pass sanitaire et la vaccination obligatoire pour certaines professions.

A Paris, au moins trois rassemblements différents ont été organisés. Un premier cortège essentiellement constitué de «gilets jaunes» s'est élancé peu après 14H00 de la Place de la Bastille. En chemin, des incidents sporadiques ont opposé policiers à moto et manifestants.

Lire aussi: Annecy, l’envers de la carte postale

A Marseille, environ 4300 personnes, de toutes générations confondues, ont défilé dans une ambiance bon enfant aux cris de «Liberté, Liberté» ou «Macron, ton pass, on n’en veut pas».

Regroupée autour des mots-dièses #manif24juillet, #PassDeLaHonte ou #liberté sur les réseaux sociaux, l'opposition aux mesures gouvernementales pour lutter contre le Covid-19 fédère des manifestants anti-masques, anti-vaccins ou anti-confinement aux revendications protéiformes.

A ce sujet, la presse française se fait l'écho d'une inquiétude soulignée par le service des renseignements territoriaux, celle de savoir si ce mouvement hétéroclite pourrait se radicaliser. En effet, relate Le Monde, plusieurs centres de vaccination ont été victimes de sabotages (incendie, coupure volontaire d'électricité) la semaine dernière et leur personnel a parfois été insulté, voire menacé. 


■ AstraZeneca veut fournir davantage l'Asie du Sud-Est

Le laboratoire suédo-britannique AstraZeneca va tenter de fournir davantage de vaccins à l'Asie du Sud-Est, confrontée à une flambée de cas de Covid-19 sans précédent.

En octobre 2020, AstraZeneca a signé un accord avec les autorités thaïlandaises pour que son vaccin soit produit localement pour la Thaïlande et huit autres pays voisins, dont l'Indonésie, les Philippines, la Malaisie et Taïwan.

Le contrat a été confié à Siam Bioscience, propriété du roi Maha Vajiralongkorn, qui n'avait jamais fabriqué de vaccins auparavant. 180 millions de doses doivent être livrées pour le marché thaïlandais et l'exportation. Mais à la fin juillet, le laboratoire en aura fourni seulement 11,3 millions pour la Thaïlande et les exportations n'ont toujours pas commencé.

Lire aussi: Le vaccin dope les échanges commerciaux suisses

En conséquence, AstraZeneca «explore les plus de 20 chaînes d'approvisionnement de son réseau de fabrication mondial pour trouver des vaccins supplémentaires pour l'Asie du Sud-Est», a indiqué James Teague, représentant du laboratoire. 

Une vague de mécontentement monte dans le royaume où, pour l'heure, seuls 5% des Thaïlandais sont complètement vaccinés.


■ La Suisse envoie du matériel médical à l'Indonésie

Pour soutenir l'Indonésie dans sa lutte contre la pandémie, la Suisse lui fait parvenir 600 concentrateurs d'oxygène.

Un avion-cargo de Swiss a décollé samedi de Zurich en direction de Jakarta selon le Département fédéral des affaires étrangères (DFAE). Le conseiller fédéral Ignazio Cassis s'en est félicité sur Twitter.

Outre les concentrateurs d'oxygène, la cargaison comprend également du matériel de protection médicale, à savoir plus de 12 000 combinaisons et plus de 45 000 masques.

 Il s'agit de la sixième livraison de matériel humanitaire de la Suisse à un pays étranger depuis le mois de mai, pour un montant total de plus de 15 millions de francs.


■ L'Espagne exige des quarantaines pour certains voyageurs

Le gouvernement espagnol a annoncé imposer dès le 27 juillet une quarantaine de dix jours aux voyageurs en provenance de Colombie, Argentine, Bolivie et Namibie. Le décret entre en vigueur pour une période renouvelable de 14 jours.

Le pays continue par ailleurs d'exiger une quarantaine aux voyageurs venant d'Inde, et limite les vols en provenance du Brésil et d'Afrique du Sud à ses ressortissants.


■ Manifestations anti-confinement en Australie, Hanoï confinée

Contraints de rester chez eux durant un mois pour endiguer la reprise de l'épidémie, des milliers d'Australiens ont manifesté ce samedi contre les mesures de confinement dans les deux plus grandes villes du pays.

Des arrestations ont eu lieu à Sydney après de violents affrontements avec les policiers à cheval, qui ont reçu divers projectiles. A Melbourne, les médias locaux indiquent que des milliers de personnes ont envahi les rues après s'être rassemblées devant le parlement de l'Etat de Victoria.

L'Australie, largement épargnée par la pandémie au cours de ses premières vagues, est à présent touchée par le très contagieux variant Delta. Seuls 11% de sa population est vaccinée. L'État de Nouvelle-Galles du Sud a enregistré 163 nouveaux cas samedi, ce qui porte à près de 2000 le nombre total d'infections actuellement.

Et tandis que les Australiens protestent, le Vietnam annoncé le confinement de sa capitale, Hanoï. Les autorités ont signalé plus de 7000 nouveaux cas à travers le Vietnam vendredi, soit le troisième record d'infections quotidiennes battu en une semaine.

Après avoir réussi à contenir les assauts de l'épidémie l'an passé, le Vietnam a vu le nombre de cas exploser depuis la fin avril et environ un tiers de ses 100 millions d'habitants est déjà confiné.


■ Le Covid entache les amitiés

La crise du covid divise les familles et détruit les amitiés. Ce malheureux constat s'appuie sur un sondage de l'institut Sotomo mandaté par la SSR. 62% des personnes interrogées déclarent avoir vécu des conflits liés à des positions divergentes sur la manière de traiter le virus.

Près de la moitié des répondants (48%) ont connu une telle situation dans leur environnement immédiat et 26% déclarent avoir même rompu les contacts. 

Des différences entre les classes d'âge sont également soulignées, ainsi le sujet polarise davantage les jeunes. 51% des sondés de plus de 65 ans disent avoir été impliqués dans des conflits mais cette part grimpe à 65% pour les personnes âgées de 35 à 65 ans et celles de 15 à 34 ans. Le principal sujet de discorde est, sans surprise, celui de la vaccination.


■ L'Amérique latine dépasse les 40 millions de cas 

La région Amérique latine et Caraïbes, la plus endeuillée dans le monde par la pandémie de coronavirus, a dépassé samedi le seuil des 40 millions de cas déclarés de Covid-19.

Depuis l'apparition du virus en mars 2020, le nombre de cas dans la région s'est élevé à 40 073 507, selon un décompte de l'AFP à partir de chiffres officiels. Le nombre de décès y est de plus de 1,3 million.

Cuba, qui enregistre une forte hausse des cas de Covid-19, a reçu vendredi 1,7 million de seringues des Etats-Unis. Le pays en attend encore plus de 4 millions, de la part de groupes américains opposés à l'embargo économique.


■ Nouvelles restrictions en Islande

Forte d'un taux de vaccination élevé - 85% de la population islandaise de plus de 16 ans est complètement vaccinée -, l'Islande était l'un des premiers pays du monde à lever ses contrôles sanitaires pour les voyageurs vaccinés.

Elle a cependant annoncé vendredi soir devoir prendre de nouvelles mesures face à l'augmentation des cas, qui s'appliqueront dès ce dimanche jusqu'au 13 août:

Dès dimanche minuit jusqu'au 13 août, les rassemblements publics seront limités à 200 personnes, la règle de distanciation d'un mètre entrera à nouveau en vigueur. Les bars et restaurants devront fermer à 23H0 tandis que les piscines et salles de sport ne pourront ouvrir qu'à 75% de leur capacité. Le port du masque, enfin, sera de nouveau obligatoire en intérieur.

Depuis le 12 juillet, l'île est confrontée à une forte hausse des cas de Covid-19: 355 nouvelles contaminations ont été enregistrées, frappant pour les trois quart des personnes vaccinées. La majorité de ces cas sont liés au variant Delta, selon les autorités sanitaires.