Afrique

A Djibouti, la Chine inaugure sa toute première base militaire à l'étranger

Le géant asiatique a annoncé le déploiement de 400 soldats dans la Corne de l'Afrique. Une manière de s'affirmer sur la scène internationale et de protéger ses intérêts dans la région, selon le géopolitologue Pierre Picquart.

Le drapeau chinois flotte désormais dans le ciel de Djibouti. Le géant asiatique a inauguré mardi 1er août sa première base militaire à l’étranger. 400 soldats vont être déployés aux portes de la Mer rouge. Symbole fort: la cérémonie coïncidait avec le 90e anniversaire de la fondation de l’Armée rouge. La Chine affirme ainsi sa puissance sur la scène internationale. Mais recherche-t-elle l’expansion militaire? Pierre Picquart, géopolitologue et spécialiste de la Chine à l'Université Paris 8 et auteur de «La Chine, une menace militaire?», analyse la stratégie de la deuxième puissance économique mondiale.

La Chine a choisi de construire sa première base militaire à Djibouti. Comment expliquer ce choix?

Pierre Picquart: L’inauguration de cette base militaire était prévue de longue date. Les autorités du pays la présentent comme un site logistique et de défense, et non comme un outil de combat. Il s’agit avant tout d’une stratégie d’occupation du terrain, orientée vers l’Afrique. Comme toutes les grandes nations, la Chine souhaite protéger les voies maritimes qui permettent d’acheminer des matières premières comme le pétrole. Il en va de sa survie économique. C’est également une façon de s’affirmer sur la scène internationale. C’est une volonté d’affirmation tranquille.

Cela passe-t-il obligatoirement par un déploiement militaire?

Avoir une force militaire est nécessaire pour protéger ses intérêts. Depuis l’arrivée au pouvoir du président Xi Jinping, l’armée chinoise se développe et se modernise. Le pays veut montrer qu’il est prêt à se défendre à n’importe quel moment, où que ce soit. Cette stratégie est également une manière de rééquilibrer les forces militaires à travers le monde, et donc d’assurer la paix. Les autorités chinoises tiennent d’ailleurs un double discours. Elles ne veulent pas se faire marcher sur les pieds, tout en défendant une vision pacifique du monde.

Lire aussi: La grande mue de l’armée chinoise (décembre 2015)

Des troupes américaines, françaises et japonaises sont également présentes à Djibouti. L’arrivée de la Chine est-elle vue d’un bon œil par ces pays?

Les négociations pour la construction de cette base n’ont pas suscité une véritable réaction internationale. Les diplomaties étrangères ont intégré le fait que la Chine est une grande puissance sur les plans économique, financier et militaire. Par ailleurs, on peut imaginer que la deuxième puissance mondiale organise des rencontres avec les autres troupes présentes dans cette zone. L’intérêt n’est pas de faire la guerre mais plutôt de réaliser des opérations conjointes. Les Etats-Unis peuvent toutefois exprimer une certaine inquiétude concernant la stabilité de la Chine. Mais agiter un chiffon rouge est avant tout un moyen de rassurer l’opinion publique intérieure.

Donald Trump a reproché à Pékin de ne rien faire pour contrôler la menace nord-coréenne. Cette affirmation militaire va-t-elle peser?

La Chine montre que son armée est opérationnelle, et consolide donc sa position dans la région. Notamment vis-à-vis de la Corée du nord. Ce message clair va obliger les Etats-Unis à revoir leur position concernant une éventuelle intervention militaire dans le pays.

La Chine a développé plusieurs projets d’envergure en Afrique, notamment le gigantesque port de Djibouti. Cette base est-elle aussi un moyen de protéger ces investissements?

Bien évidemment. Mais, selon moi, les Chinois ne veulent pas piller l’Afrique. Les dirigeants chinois sont persuadés du fait que l’Afrique est un continent d’avenir. Ils ont d’ailleurs un ambitieux projet de nouvelles routes de la soie qui passeront notamment par Djibouti. La Chine s’intéresse aussi aux innovations dans le domaine des technologies et de l’environnement. Des secteurs qui peuvent se développer dans cette région du monde. Ils souhaitent ainsi influencer favorablement les entreprises et gouvernements locaux. Mais il n’y a pas une région plus importante qu’une autre pour la Chine, elle veut diffuser son savoir-faire aux quatre coins du monde.

D’autres bases chinoises vont-elles sortir de terre?

Je doute que ce soit la priorité de la Chine, mais cette hypothèse ne doit pas être exclue.

Publicité