«Je considère cette forme (d’entreprise) sans avenir globalement dans les conditions actuelles», a déclaré Dmitri Medvedev dans son discours annuel à la Nation. Ces structures étatiques «doivent être liquidées à la fin de leur mission, et celles qui oeuvrent dans un environnement commercial, concurrentiel, doivent être avec le temps transformées en sociétés par action, contrôlées par l’Etat», a-t-il indiqué. «Plus tard elles resteront soit dans le secteur étatique, là où elles sont indispensables, ou seront transférées à des investisseurs privés», a-t-il poursuivi.

Les méga-entreprises d’Etat sont apparues essentiellement sous la présidence de son prédécesseur, Vladimir Poutine, dans des secteurs tels que l’armement (Rosoboronexport), les nanotechnologies (Rosnanotekh) ou l’énergie atomique (Rosatom).

Plus globalement, sur l’avenir économique de son pays, Dmitri Medvedev a déclaré que «le prestige de la patrie et le bien-être national ne peuvent pas reposer indéfiniment sur les réalisations du passé», citant le complexe pétrolier et gazier, les infrastructures industrielles et les armes nucléaires datant de la période soviétique. «Cela permet à notre pays de ne pas sombrer», mais tout ce qui date de cette époque «vieillit très vite», a-t-il averti.

«Au 21è siècle, notre pays a besoin d’une modernisation de fond en comble. Ce sera une expérience, une première dans l’histoire de notre pays, qui sera basée sur les valeurs et les institutions de la démocratie», a-t-il souligné. «A la place d’une économie reposant sur les matières premières, nous allons créer une économie qui produit de nouvelles technologies, utiles aux gens», a-t-il puirsuivi, appelant à instaurer une société «intelligente et reponsable» plutôt qu’une «société archaïque dans laquelle les leaders pensent et décident pour tous».