États-Unis

Donald Trump accusé d’abus de pouvoir et d’entrave

L’acte d’accusation contre le président des Etats-Unis est rédigé. Il sera voté par la Chambre des représentants, à majorité démocrate

Quand le ministre des Affaires étrangères russe, Sergueï Lavrov, est reçu à la Maison-Blanche, c’est toujours dans un contexte pour le moins atypique. En mai 2017, il était accueilli par Donald Trump alors que ce dernier venait de limoger le chef du FBI James Comey, point de départ de l’enquête du procureur indépendant Robert Mueller sur l’affaire de l’ingérence russe dans la présidentielle de 2016. Et cette fois, il rencontre le président américain le jour même où les démocrates ont retenu deux chefs d’accusation contre lui dans le cadre de la procédure d’impeachment: abus de pouvoir et entrave à la bonne marche du Congrès.

Destitution improbable

Sergueï Lavrov ne voit donc pas vraiment Donald Trump dans les meilleures conditions. Agacé par la procédure d’impeachment, le président a une nouvelle fois exprimé sa colère sur Twitter et dénoncé une «mascarade». «Mettre en accusation un président qui a prouvé à travers ses résultats avoir (y compris en générant sans doute la plus solide économie de l’histoire de ce pays) l’une des présidences les plus fructueuses de l’histoire et, plus important, qui n’a RIEN fait de mal, est de la pure folie politique», a-t-il écrit mardi matin, avant la conférence de presse donnée par des élus démocrates.