L'essentiel

La barre des 150 000 morts du Covid-19 a été franchie dans le monde, près des deux tiers sont européens, dont 1111 en Suisse selon l'OFSP. 

Aux Etats-Unis, Donald Trump appelle à la rébellion contre le confinement dans les Etats démocrates, tandis que les banques alimentaires sont sous pression.

Une commission du Conseil national demande une intensification massive du dépistage

Retrouvez  les nouvelles de vendredi


■ Les Etats-Unis, immobiles jusqu'au 30 juin

Le Pentagone vient d'annoncer le prolongement du gel de tous ses mouvements prévus dans le monde jusqu'au 30 juin, alors qu'il devait s'achever à la fin du mois de mai. La décision sera effective lundi. En revanche, les soldats déployés à l'étranger pourront être rapatriés sous certaines conditions. Par ailleurs, le Premier ministre canadien Justin Troudeau a confirmé qu'un accord avait été trouvé pour maintenir la fermeture de la frontière entre son pays et les Etats-Unis durant ce mois supplémentaire.


■ Nuage désinfectant au Kenya


■ Le Coronavirus et la Suisse, les dernières informations

  • Le canton de Saint-Gall effectue des tests sérologiques depuis un mois sur un millier de patients. Ce travail de recherche est coordonné par l'OFSP, il devrait donner lieu à de premiers constats d'ici une semaine selon l'infectiologue en charge, contacté par l'ATS.
  • Environ 216 400 tests ont été effectués, dont 15% étaient positifs. La Suisse a toujours l’une des incidences les plus élevées (319 pour 100 000 habitants) en Europe.
  • Le nombre de nouveaux cas a augmenté de 326 en un jour. Au total, le pays compte 27 404 cas confirmés depuis le début de l'épidémie.
  • Ce matin, l'OFSP annonçait que 1111 personnes testées positives sont décédées.
  • Sur les 1071 personnes décédées pour lesquelles les données sont complètes, 97% souffraient d’au moins une maladie préexistante.
  • L’âge des cas confirmés en laboratoire va de 0 à 107 ans, avec un âge médian de 52 ans. Les femmes représentent 54% des cas, contre 46% d'hommes.
  • Les adultes sont nettement plus touchés que les enfants, mais Daniel Koch rappelait hier encore l'importance d'éviter les relations entre grands-parents et petits-enfants.

■ Dans les banlieues d'Afrique du Sud, il faut se battre pour manger

Dans l'Afrique du Sud confinée, des heurts avec la police et des pillages éclatent dans des quartiers pauvres où les estomacs crient famine. «Des personnes ont vandalisé des commerces. Ils ont attaqué des gens. La seule raison, c'est qu'ils ont faim», explique Joanie Fredericks, une militante associative, dans une vidéo postée sur les réseaux sociaux.

Cette semaine, des habitants de sa banlieue de Mitchells Plain, près du Cap (Sud-Ouest), ont brûlé des pneus et lancé des pierres sur la police, qui a riposté par des tirs de balles en caoutchouc et de gaz lacrymogène.

En Afrique du Sud, première puissance industrielle du continent, 20% des foyers ont un accès insuffisant à la nourriture, et la situation s'est brusquement détériorée avec le confinement, prolongé jusqu'à fin avril. Le pays est le plus touché par la pandémie en Afrique subsaharienne, avec près de 2800 cas d'infection, dont 50 décès.


■ Le cycliste britannique Geraint Thomas lève 300 000 livres pour les soignants

Thomas Geraint aura passé 36 heures à pédaler sur des rouleaux, face à un écran dans son garage, pour lever 300 000 livres (un peu plus de 360 000 fr.) en faveur du système de santé publique britannique (NHS). Le cycliste gallois, vainqueur de l'édition 2018 du Tour de France, a partagé son contentement sur son compte Instagram cet après-midi:


■  D.Trump: «Libérez le Minnesota!» «Libérez le Michigan» «Libérez la Virginie!»

Sur Twitter, le président américain appelle à la rébellion contre les règles de confinement alors que son pays est devenu le premier foyer mondial de la pandémie. Pendant que plus de la moitié de l'humanité reste à domicile afin de limiter la propagation du virus, Donald Trump s'est déchaîné sur son réseau social de prédilection: «Libérez le Minnestoa!» «Libérez le Michigan!» «Libérez la Virginie!». Ces Etats ont pour point commun d'être gouvernés par des démocrates ayant prononcé le confinement.

Ces exclamations résonnent alors que des militants, parfois armés, s'apprêtent à défier ce samedi les autorités de ces territoires en se rassemblant dans la rue. Ces manifestations «anti-confinement» se multiplient ces derniers jours. 

«Dans le Michigan, des manifestants ont brandi des bannières en soutien à Donald Trump et ont protesté contre Gretchen Whitmer, la gouverneure, en chantant «Enfermez-la!». A St.Paul, un groupe qui s'est nommé «Liberate Minnesota» s'est amassé devant la maison du gouverneur Tim Walz, pour protester contre les consignes de confinement», rappelle le NY Times. En guise de conclusion, le dirigeant des Etats-Unis a ajouté: «Et sauvez votre formidable deuxième amendement. Il est assiégé!», en référence au droit des Américains à porter des armes. 

Lire aussi: Il était une fois en Amérique: un nom sinon rien


■ Des étudiants de l'EPFL organisent ce soir un festival virtuel de musique

Le festival The Curve aura lieu ce samedi 18 avril, de 18h00 à minuit, exclusivement en ligne. Imaginé par différents étudiants de l'EPFL, il émerge à la fois dans la volonté «d’amuser mais aussi de participer à la lutte contre le Covid-19» peut-on lire sur le site internet de l'évènement. En effet, les fonds collectés seront reversés à l'Organisation mondiale de la santé (OMS). 


■ Une commission du Conseil national veut intensifier le dépistage du Covid-19

La Commission de la sécurité sociale et de la santé publique du Conseil national s’est entretenue avec les conseillers fédéraux Guy Parmelin et Alain Berset. Elle demande, entre autres, que la Confédération mette en place les mesures nécessaires pour des tests réguliers et représentatifs sur l’ensemble de la population, dès que cela sera matériellement possible.

Elle réclame également que les critères pour la décision de tester ou non une personne soient revus, car elle les considère «trop restrictifs», et veut que les tests sérologiques soient effectués sur l’ensemble de la population lorsqu’ils seront disponibles «afin de mieux surveiller l’évolution de l’épidémie et de tirer des conclusions quant au taux d’immunité de la population», rapporte l’ATS. La commission suggère, enfin, de mettre en place un système efficace de traçage afin de remonter rapidement les chaînes de contamination, tout en garantissant le respect de la protection des données.

Lire à ce sujet: En Suisse et en France, le suivi anonyme par smartphone se précise


■ Instantané: la Pâques orthodoxe à Jérusalem


■ Des astronautes atterrissent sur la planète Covid-19

«Ils avaient quitté la terre alors que l’on pouvait encore s’embrasser et se serrer la main», écrit un journaliste de La Stampa à propos de deux astronautes de la Nasa, Jessica Meir et Andrew Morgan, et du russe Oleg Skripochka, revenus après 200 jours au sein de la Station Spatiale Internationale.

Sur son compte Twitter, Andrew Morgan écrit: «Il y a 50 ans, une crise dans l’espace s’est conclue avec le retour en sécurité de l’équipage de l’Apollo 13. Aujourd’hui, alors que rentre l’équipage du Soyuz, la crise est sur la terre. Ce qui ne change pas, c’est le dévouement et l’ingéniosité des centres de contrôle des missions autour du monde.»


Effectivement, après leur atterrissage au Kazakhstan, la prise en charge des coéquipiers a été immédiate. Afin de ne courir aucun risque  - puisque leurs systèmes immunitaires ont été affaiblis par leur séjour dans les étoiles - les deux Américains ont vite rejoint un jet à destination du centre spatial Johnson de la Nasa à Houston. Ils devront passer y une semaine en isolement. 


■ 150 000 décès dont près des deux tiers sont européens

C'est le bilan que l'AFP tirait hier soir. Aujourd'hui, le nombre de décès dans le monde s'élève à plus de 154 000. Il y aurait, en revanche, presque 600 000 guérisons.

  • Près de 2/3 des décès seraient européens: 97 985 contre 38 445 pour les Etats-Unis et le Canada; 6837 en Asie et 5452 au Moyen-Orient. L'Amérique latine et les Caraïbes dénombrent 4367 morts, et l'Océanie 86.
  • La barre des 1000 morts vient d'être franchie en Afrique, dont les trois quarts en Algérie, en Egypte, au Maroc et en Afrique du Sud. 
  • Le bilan de la Chine est donc passé, hier, à 4232 décès après la révision du bilan des victimes
  • Aujourd'hui, l'OFSP annonce 1111 décès en Suisse et 27 404 cas confirmés, soit 326 nouveaux cas en un jour.
  • Les Etats-Unis se maintiennent en tête des pays les plus touchés, devant l'Italie, l'Espagne, la France et le Royaume Uni.

■ A Mulhouse, l'hôpital militaire est en train d'être démonté

Considérée comme le premier foyer de l'épidémie en France, la ville de Mulhouse voit son hôpital militaire de campagne être démonté. Ce dernier avait été installé sur le parking de l'hôpital civil alsacien pour faire face à l'afflux de patients atteints du virus. Il ne sera cependant pas complètement supprimé: sa capacité est réduite d'un tiers pour «l'adapter aux besoins, en bonne intelligence avec les autorités sanitaires», a déclaré à l'AFP une source du ministère des Armées.

La situation s'est depuis sensiblement améliorée dans le Haut-Rhin, l'un des principaux foyers épidémiques en France, et l'hôpital prépare aujourd'hui «son plan de sortie de crise», selon un communiqué diffusé vendredi. Le nombre d'appels au Samu est ainsi passé le 15 avril, pour la première fois depuis sept semaines, en-dessous du seuil des 500, un nombre qui annoncerait un «retour à la normale».

Depuis le début de l'épidémie, le GHRMSA (Groupement hôspitalier de la région de Mulhouse et du Sud Alsace) a pris en charge plus de 1800 patients en lien avec le Covid-19, et 465 d'entre eux sont décédés. En dépit de la présence de l'EMR (Elément militaire de réanimation), 163 patients ont dû être transférés vers d'autres hôpitaux, parfois à l'autre bout de la France ou dans les pays frontaliers.

Lire à ce sujet: Mulhouse, les pesants silences d'une guerre invisible


■ En France, on se demande si le Covid-19 sera reconnu comme maladie professionnelle


A côté des cancers dus à l'amiante, de l'intoxication au plomb ou des troubles musculo-squelettiques (TMS), le Covid 19 sera-t-il reconnu comme maladie professionnelle par nos voisins de l'Hexagone ? Le ministre de l’intérieur français, Christophe Castaner, lance le débat pour les personnels du ministère, rapporte l'AFP. L’Académie de médecine s’est aussi prononcée favorablement à cette reconnaissance, afin qu’elle ne profite pas qu’aux personnels de santé. 

Lire aussi: Le budget français est désormais en mode Covid-19

L’Institut national de recherche et de sécurité pour la prévention des accidents du travail et des maladies professionnelles (INRS) rappelle quant à elle qu’une maladie est considérée «comme «professionnelle» si elle est la conséquence directe de l’exposition plus ou moins prolongée d’un travailleur à un risque physique, chimique ou biologique, ou résulte des conditions dans lesquelles il exerce son activité professionnelle».


■ Instantané: fermeture de la brasserie Wernecker, 400 ans après sa fondation


■ Les banques alimentaires américaines sont sous pression

Des millions d'Américains, exsangues, se tournent vers les banques alimentaires, qui multiplient les distributions avec la crainte de ne bientôt plus pouvoir répondre à la demande grandissante. Des fils de voitures immenses, à l'image des 1000 véhicules présents à Pittsburgh (Pennsylvanie) ce mardi, dont les besoins de la banque alimentaire ont augmenté de 38% en mars.

Partout, de La Nouvelle-Orléans à Detroit, les mêmes scènes se reproduisent, signes d'une population privée de ressources, dans l'attente des chèques promis par le gouvernement fédéral. Un sommet a sans doute été atteint le 9 avril à San Antonio, au Texas, où environ 10 000 véhicules se sont présentés, certains dès la veille au soir.

Une lueur d'espoir pointe cependant avec l'arrivée de nombreux dons, en nature ou en numéraire. Déjà contributeur ordinaire, le géant J.M. Smucker a acheminé des palettes supplémentaires dans l'Ohio, et Jeff Bezos, première fortune mondiale, a offert 100 millions de dollars à Feeding America.

Dan Flowers, directeur général de l'Akron-Canton Regional Foodbank, rappelle que le plan de soutien exceptionnel à l'économie, voté fin mars par le Congrès, prévoit 850 millions de dollars de nourriture pour les banques alimentaires. «Ça nous remettra en selle», dit-il. Mais le tout est de tenir jusque-là. «Ce qui m’inquiète, ce sont les six à huit prochaines semaines».