Le président Donald Trump a annoncé, mardi, qu'il avait décidé de ne plus négocier avec les démocrates sur un nouveau plan d'aide aux Américains et aux petites entreprises pour faire face au Covid-19. Les négociations pourront reprendre après l'élection du 3 novembre.

«J'ai demandé à mes représentants d'arrêter de négocier jusqu'à après les élections», a tweeté le président américain. Il accuse la cheffe des démocrates au Congrès Nancy Pelosi de ne pas négocier «de bonne foi».

«Dès que j'aurai gagné, nous voterons un grand plan d'aide qui sera centré sur les travailleurs américains et les petites entreprises», a-t-il ajouté. Ce coup de tonnerre a fait chuter Wall Street, à moins d'une heure de la clôture.

Lire aussi: Indécence à la Maison-Blanche

Joe Biden accuse Trump d'avoir «tourné le dos» aux Américains

La cheffe des démocrates au Congrès Nancy Pelosi a réagi dans un communiqué: «Une fois encore, le président Trump a montré ses vraies couleurs: faire passer son intérêt avant celui du pays, avec la pleine complicité des membres républicains du Congrès». «Manifestement, la Maison Blanche est en plein désarroi», a assuré Nancy Pelosi.

Le candidat démocrate à la Maison-Blanche Joe Biden a accusé Donald Trump d'avoir «tourné le dos» aux Américains. «Ne vous y trompez pas: si vous n'avez pas d'emploi, si votre entreprise est fermée, si l'école de votre enfant est fermée, si vous voyez des licenciements autour de vous, Donald Trump a décidé aujourd'hui que rien de tout cela, absolument rien, ne lui importait.»

Des négociations de longue durée

Un nouveau coup de pouce budgétaire est pourtant jugé crucial par les économistes pour permettre à la première économie mondiale de relever la tête. L'économie américaine a été mise à genoux par la pandémie qui a paralysé de nombreux secteurs économiques.

Lire encore: La journée de tous les dangers pour l'économie américaine

L'administration Trump et le Congrès tentaient depuis plus de deux mois de se mettre d'accord sur un nouveau plan d'aide pour les ménages et les entreprises mais les négociations achoppaient sur le montant. La démocrate Nancy Pelosi et le secrétaire au Trésor Steven Mnuchin avaient repris un rythme quotidien de négociations depuis près d'une semaine.

Mais les divergences entre républicains et démocrates restaient trop grandes. Le montant total de l'aide, notamment, posait problème, les républicains voulant un premier accord moins important, quitte à revenir à la table des négociations si nécessaire. Les démocrates eux demandaient un plan de grande ampleur immédiatement.

Une exacerbation des disparités anticipée

L'annonce du président américain intervient alors que le président de la Banque centrale américaine (Fed) Jerome Powell avait, quelques heures plus tôt, alerté sur les conséquences désastreuses qui menaçaient l'économie américaine sans aide supplémentaire pour les ménages et les entreprises. «Cela pourrait déclencher une dynamique typique de récession, car la faiblesse se nourrit de la faiblesse», a-t-il déclaré.

«Une longue période de progrès inutilement lents pourrait continuer à exacerber les disparités existantes de notre économie. Ce serait tragique», a encore prévenu Jerome Powell.

Lire également l'article du 22 avril: Le Sénat américain approuve un nouveau plan de 500 milliards de dollars

La Maison-Blanche et le Congrès avaient déjà adopté fin mars un gigantesque plan de relance de 2200 milliards de dollars. Mais les mesures mises en place expirent progressivement, notamment les aides supplémentaires pour les chômeurs et les prêts aux petites et moyennes entreprises.