Le parti républicain ne centralise pas de façon officielle le nombre de délégués obtenus par les candidats au cours des primaires, et plusieurs médias américains procèdent à leurs propres estimations, ce qui conduit à de légères différences car dans certains Etats, les délégués sont libres de voter pour le candidat de leur choix, et non liés par les résultats des primaires.

Mais Donald Trump a désormais empoché 1.238 délégués, selon AP, qui est parvenu à ce nombre en interrogeant des délégués «libres», notamment dans l’Oklahoma (sud). La majorité requise est de 1.237, une barre que le candidat était de toute façon assuré de franchir lors des dernières primaires du 7 juin.

Le sacre lui-même interviendra lors de la convention républicaine à Cleveland, du 18 au 21 juillet.

Depuis le Japon, jeudi, Barack Obama a dénoncé «l’ignorance des affaires du monde» du républicain Donald Trump qui espère lui succéder à la Maison Blanche.

«Nombre des propositions qu’il a formulées démontrent soit une ignorance des affaires du monde, soit une attitude cavalière», a lancé le président américain en marge du sommet des chefs d’Etat ou de gouvernement des grands pays industrialisés (G7) à Ise-Shima.

Barack Obama a encore ironisé sur un candidat plus préoccupé par «les tweets et les titres de la presse que par une réflexion en profondeur sur la politique à mettre en oeuvre pour assurer la sécurité et la prospérité de l’Amérique et la stabilité du monde».