États-Unis

Donald Trump déclare la guerre au Congrès

Visé par une mesure d’impeachment, le président des Etats-Unis privilégie la stratégie de la confrontation. Il attaque violemment les démocrates qui mènent l’enquête. La Maison-Blanche va jusqu’à faire obstruction, en refusant des auditions

Il a choisi ses armes: la mitraillette et la torpille. Menacé par une procédure d’impeachment, Donald Trump déclare la guerre à la Chambre des représentants, aux mains des démocrates. Il aurait pu faire profil bas, laisser le Congrès faire son travail; il a préféré opter pour le mode de la confrontation, en multipliant les attaques. Sa stratégie: accuser les démocrates de mener des investigations «illégitimes et partiales», décrédibiliser la Chambre et tenter de faire couler les enquêtes sur l’«affaire ukrainienne». Quand on veut noyer son chien, on dit qu’il a la rage.

Un «tribunal bidon»

Le président se sent-il tout-puissant parce que le Sénat est à majorité républicaine? C’est bien le Sénat qui mènera le procès en destitution à proprement parler, et le vote final se fera à deux tiers des voix. Or il faudrait que 20 républicains se prononcent contre lui pour qu’il soit destitué. Pour l’heure, Donald Trump s’attaque à la Chambre des représentants, qui prépare le dossier de mise en accusation (impeachment). Il a d’abord qualifié Adam Schiff, le président de la puissante Commission du renseignement de la Chambre, de «voyou» et de «traître». Puis, deuxième coup, son secrétaire d’Etat Mike Pompeo a dénoncé un «harcèlement», en accusant les démocrates d’avoir «maltraité les employés du Département d’Etat en les contactant directement et en cherchant à obtenir des documents qui appartiennent au département».