C’est une «paix» d’un nouveau type qui a été signée mardi devant la Maison-Blanche. Réunis par Donald Trump, les responsables d’Israël, des Emirats arabes unis (EAU) et de Bahreïn ont promis un avenir prospère au «nouveau Proche-Orient» qu’ils se voient en train de dessiner. En l’absence des Palestiniens, et les mentionnant à peine, ils se sont félicités de démontrer aux yeux du monde que le chemin de la paix pour la région était «réaliste et atteignable». «Nous amenons de l’espoir à tous les fils d’Abraham», en est venu à proclamer le premier ministre israélien, Benyamin Netanyahou, en référence à ces accords qui portent le nom du patriarche de la Bible.