Il est difficile de juger de l’état de santé réel de Donald Trump, tant il a semblé réticent jusqu’ici à jouer la transparence sur le contenu de son dossier médical. Mais à lui seul, l’âge du président américain (74 ans) pourrait suffire à le rendre vulnérable au coronavirus responsable du Covid-19. Alors que les élections américaines doivent se dérouler dans un mois, plusieurs scénarios peuvent être évoqués si son état de santé devait empirer ces prochaines semaines, voire si la maladie lui était fatale.

Le célèbre 25e amendement de la Constitution américaine, signé en 1967, prévoit qu’un président en exercice sera remplacé par son vice-président «en cas de destitution, décès ou démission». Mais ce texte donne aussi la possibilité au président de renoncer temporairement lui-même à ses pouvoirs s’il estime qu’il est dans l’incapacité de les exercer. Cette disposition a déjà été utilisée par Ronald Reagan et George Bush, lorsqu’ils ont dû se soumettre à des examens médicaux et qu’ils ont remis temporairement leur pouvoir au «Vice President as Acting President». L’examen passé (il s’agissait de coloscopies de routine), le président en exercice a pu retrouver sans encombre ses prérogatives.