Quelle est la capacité de nuisance d’un président battu dans les urnes qui s’accroche au pouvoir? Donald Trump a beau avoir évoqué pour la première fois, dimanche, la victoire de Joe Biden dans un tweet – «Il a gagné parce que l’élection était truquée» –, il continue à refuser d’accepter sa défaite, angoissé à l’idée de perdre son immunité présidentielle et de faire l’objet de poursuites judiciaires. Voilà à quoi pourraient ressembler ses derniers jours.

Une transition difficile

Joe Biden deviendra officiellement le 46e président des Etats-Unis le 20 janvier à midi. D’ici là, le démocrate devra faire face à l’attitude obstructionniste de Donald Trump, bien décidé à pratiquer la politique de la terre brûlée et à ériger des obstacles pour lui compliquer la tâche. Dans le déni, le républicain ne l’a pas invité à la Maison-Blanche, son administration n’a pas signé le document pour débloquer les 10 millions de dollars permettant de financer la transition et le chef de l’Etat refuse que son successeur bénéficie de briefings de sécurité et ait accès aux agences gouvernementales. Aucune information n’est non plus transmise à propos du covid. Une mauvaise coordination ou une collaboration tardive pourraient «provoquer des morts supplémentaires», a averti lundi Joe Biden.